Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Monument aux morts - Reims

16 Août 2015 Publié dans #Lieux parisiens et rémois

                        

(Le Monument aux morts dans les années 1930)

C'est assez tardivement, en 1924, qu'est prise la décision d'ériger à Reims un Monument aux morts de la Première Guerre mondiale (3 827 militaires et 740 victimes civiles) où furent départagés deux projets concurrents, celui de Max et Louis Sainsaulieu (Max est aussi l'auteur à Reims de Carnegie) et celui de l'architecte Henri Royer (1885 - 1974) qui fut finalement le projet retenu.

Le monument, de forme demi-circulaire et ne comportant aucun nom, orné de statues et de bas-reliefs dûs à Paul Lefèbvre, a été installé à l'extrémité des Pronenades et dans le voisinage de la Porte Mars, dans l'ancien square de la Mission de 1821 et s'inspire des monuments de l'antiquité gréco-romaine revus à la sauce Art déco.

Henri Royer a voulu, nous dit-on, réaliser une oeuvre destinée à inspirer le recueillement, le souvenir et la reconnaissance, à l'exclusion de toute interprétation agressive.

(Origine de la photo: http://www.lesreimsanciens.fr/PE/IA51000514.html)

Dans sa partie centrale, figure l'inscription de la dédidace: "Enfants de Reims tombés au champ d'honneur que ce monument édifié par votre ville meurtrie exprime à jamais son deuil et sa fierté", complétée par la statue qui représente la Pensée accomplissant son oeuvre de résurrection.

(Origine de la photo: http://www.petit-patrimoine.com)

A gauche, figure un bas-relief évoquant le sacrifice de 1914, accompagné de la phrase suivante: " Aux familles des morts pour exalter la grandeur de leur sacrifice ".

(Origine de la photo: http://www.petit-patrimoine.com)

A droite, son symétrique évoque 1918 et les leçons du passé avec, en inscription: " Aux générations nouvelles pour qu'elles sachent et se souviennent ".

Il fut inauguré le 1er juin 1930, par une cérémonie qui commença vers 14h30, en présence de 10 000 Rémois, d'André Maginot, ministre de la guerre, du Maréchal Pétain, du député-maire de Reims, Paul Marchandeau et de toutes les autorités civiles et militaires, avec un discours du maire et de Monsieur Maginot et un défilé du 106ème Régiment d'Infanterie et des escadrilles du 2ème Régiment d'Aviation.

Situé un peu en retrait de la place de la République, surélevé par une série de parterres et de marches, placé dans un cadre verdoyant et depuis peu remis en valeur par la réaménagement routier qui a fait suite aux travaux du tramway, il bénéficie d'une Flamme du Souvenir, située au-dessus de l'ancienne grotte de la Mission de 1821, raminée lors des cérémonies commémoratives et a regagné en "noblesse" depuis qu'on y a ôté l'horrible oeuf lumineux baptisé "luchrone" qui avait été mis sur la Place en 1989. Dernièrement, il a échappé à l'idée saugrenue de l'ancienne municipalité d'installer un supermarché d'une grande chaîne nationale à proximité; reste à en écarter le projet de complexe sportif et ludique du nouveau maire.

Avant

Après

NB: il s'inscrit dans toute une perspective depuis les Promenades dont il constitue l'aboutissement et en face duquel se trouve le Monuments aux martyrs de la Résistance.

(http://www.cndp.fr/crdp-reims/memoire/lieux/2GM_CA/monuments/martyrs_reims.htm)

Commenter cet article