Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Salade hollandaise

15 Février 2016 Publié dans #C'est juste mon avis

..

Un sapin, un gode ou une caricature de Jean-Vincent Placé ?

 

Quel gouvernement ! Mon Dieu, quel gouvernement !  Et c’est sensé être un gouvernement de guerre en plus de cela! Oui, parce que si vous ne le savez pas encore, nous sommes en guerre et il faut bien le croire puisque le Premier ministre n’arrête pas de le dire et de le répéter soir et matin urbi et orbi.

Enfin, en guerre, voire ! Où sont nos troupes ? Où sont nos nouveaux conscrits ? Où sont nos usines tournant à plein régime pour produire les armes, les munitions, les navires et les avions dont auront besoin nos soldats ?

Car, en fait de guerre, c’est avant tout, comme Daladier, une guerre des mots, une guerre sémantique, une guerre de la rhétorique que mène l’exécutif : à défaut de pouvoir afficher un bilan positif de l’état d’urgence, pour donner le change, que reste-t-il sinon  le spectre de la guerre dans les mots sans y croire un instant ? Alors on fait plus la chasse aux anarchistes rouges ou verts qu’au fascisme vert comme Daladier chassait du communiste plutôt que du nazi, on pille le programme de l’extrême-droite tout en prétendant aussi lui faire la guerre, comprenne qui pourra, en voulant inscrire dans la Constitution des textes de loi (l’état d’urgence, la déchéance de la nationalité) qui existent déjà et qui, pour être appliqués, n’ont pas besoin d’une place dans le texte fondamental de la République et on se réjouit un peu faussement quand, par hasard, on arrive enfin à pincer quelques djihadistes sans doute plus maladroits que les autres.

Encore si le gouvernement affichait une certaine unité d’action, mais même pas ! Ce gouvernement, on dirait le dernier gouvernement Reynaud avec des postes de secrétaires d’Etat voués au néant (égalité réelle, biodiversité, habitat durable…) distribués à tout va à des gens qui ne représentent plus qu’eux-mêmes sous prétexte de consolider l’assise de plus en plus vacillante du hollandisme moribond alors qu’ils n’ont pas du tout la même vision de l’avenir, que certains refusent la déchéance de la nationalité… et que siègent côte à côté l'ultra-libéral Macron et des partisans d'un Etat fort comme Le Driant. C’est tragique à dire, mais c’est presque Pétain et de Gaulle siégeant ensemble au gouvernement Reynaud en 1940 !

Et quelles recrues, mes aïeux ! Jean-Marc Nobody-Nothing revient aux affaires étrangères, étrange paradoxe pour un homme auquel les affaires ont toujours été étrangères ; Emmanuelle Cosse s’est vendue, comme jadis le frère de Jacob, pour un plat de lentille ou plutôt un referendum sur l’aéroport de ND-des-Landes aux contours aussi flous que la fumée d'un pétard; Baylet va enfin pouvoir abuser de la fumette en toute tranquilité et  le si, le très honnête Jean-Vincent Placé et ses 18 000 euros de PV (tiens, on aurait dû recaser Agnès Saal à la culture), surnommé dents longues tellement depuis 2007, il piaffait d’impatience à l’idée d’entrer au gouvernement pour se remplir les poches, y est enfin arrivé ! Oui, Jean-Vincent s'est enfin placé ! Ne me dites pas que les Verts n’ont aucune morale et aucune conscience, ils ont au moins celle de leur portefeuille personnel, ce qui n’est pas rien !

Mais que l’on se rassure, Nadjat Vallaud-Belkacem devient le numéro 3 du gouvernement dans l’ordre protocolaire. Il faut dire qu’une ministre qui fout un bordel de tous les diables dans son ministère et veut tellement réformer que tout y passe, même l’orthographe, c’est vraiment la perle rare qui résume à elle-seule la stupidité crasse et profonde et pourtant auto-satisfaite du hollandisme. Car, doit-elle sa promotion à sa réussite ? Même pas ! C’est juste la seule beurette qu’Hollande ait trouvé à mettre en avant dans son gouvernement pour faire croire qu’au PS, on aime la diversité et qu’on n’y stigmatise pas les musulmans ! Hollande ou quand on préfère le symbole à  la prise en compte du réel et du profond rejet de Nadjat Vallaud-Belkacem dans le monde éducatif où sa récente absence à Toulouse après le tragique suicide d’un jeune enseignant de 27 ans qui s’est couché sur les rails, a presque valeur de symbole !

Alors, la guerre dans tout ça ? Le risque existe, mais je crois que nos deux gugusses de l’exécutif sont les seuls à ne pas s’en apercevoir, sinon, ils joueraient moins les matamores et y prépareraient plus concrètement les Français.  Et c’est finalement ça le plus tragique de tout : Hollande et Valls, comme Daladier, croient encore qu’on peut être en guerre sans la faire et qu’une « drôle de guerre » peut encore suffire à en éviter une vraie.

Commenter cet article