Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Goncourt archaïque

5 Juillet 2014 Publié dans #Lectures

http://www.albin-michel.fr/images/couv/8/7/6/9782226249678g.jpg

 

Archaïque et peut-être vaguement homophobe ; c’est ainsi que je qualifierais le dernier Goncourt, Au revoir là-haut, écrit par Pierre Lemaître et dont la trame repose sur une série d’escroqueries aux dépens des morts et de leurs familles à l'issue de la Première Guerre mondiale, notamment à travers le portrait du soldat Edouard Péricourt, rejeton plus ou moins renié  de la grande bourgeoisie, « gueule cassée », artiste inconséquent, efféminé, joyeux drille, provocateur, jetant volontiers l’argent par les fenêtres, drogué, autodestructeur et manipulateur.

Un condensé de tous les clichés sur les homosexuels qui n’est pas sans rappeler l’époque, maintenant un peu lointaine, où l’on ne pouvait faire apparaître les homosexuels à l’écran que sous la forme d’êtres pas tout à fait normaux, voire semi-tarés, génétiquement voués au crime et dont le destin ne pouvait que se terminer tragiquement.

De même, on ne sait si la scène « euthanasique » finale ne doit pas être interprétée comme une dénonciation du culte de la beauté qui règne dans le monde homosexuel.

Le roman lui-même se révèle décevant dans l’ensemble, traînant en longueur et abandonnant, on ne sait pourquoi, l’idée de départ (la traque d’un lieutenant qui a tiré dans le dos de deux soldats français le 2 novembre 1918 en s’arrangeant pour que les Boches paraissent responsables, afin d’inciter ses hommes à donner un nouvel assaut contre la tranchée allemande), sans trouver de vraie solution de rechange.

On ne peut pas qualifier le choix du jury Goncourt de très heureux.

Commenter cet article