Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La France, future Chine du XIXème S. ?

6 Décembre 2014 Publié dans #C'est juste mon avis

http://www.cap-concours.fr/docs/cens/images/4hpm0102z.jpg

 

Sous l'Ancien Régime, pour faire face à ses difficultés financières quasi-chroniques, l'Etat avait coutume d'obérer une partie de ses recettes futures en affermant ou en vendant inconsidérément des charges, des titres, des portions de son autorité ou de ses biens qui, certes, sur le moment, faisaient rentrer de l'argent dans les caisses, mais le privaient ensuite d'une partie non-négligeable de ses ressources fiscales, entretenant un cercle vicieux et infernal ou seuls les créanciers y trouvaient leur compte et qui aboutit à la catastrophe finale de 1789.

 

Or, cette politique de fuite en avant semble, depuis quelques années, avoir repris de plus belle, tant avec la droite qu'avec la gauche, entre les concessions d'autoroutes, véritable marché de dupes, signées par Villepin, la tentative d'affermage du prélèvement de l'écotaxe par une société privée sous Sarkozy et, tout dernièrement, la vente à la Chine, avant d'autres, de l'aéroport de Toulouse-Blagnac, pourtant financièrement très rentable (on parle de la vente de ceux de Lyon et de Nice), sans compter toutes les ventes ou les cessions opérées en catimini et dont les citoyens ne sont jamais informés.

 

Cette vente à la découpe de la richesse française à des investisseurs étrangers qui rachètent aussi petit à petit notre dette (la Chine est, parait-il le premier acheteur de dettes de notre Sécurité sociale) n'est pas sans rappeler la façon dont, au XIXème S., l'Europe imposait sa domination à des Etats anciens et peuplés, comme, par exemple, l'Empire Ottoman ou la Chine ! Et c'est peut-être le plus grave de l'affaire !

Laisser le contrôle de sa dette à un ou des pays étrangers, leur octroyer des concessions financières, commerciales..., c'est déjà laisser ce ou ces pays mettre la main sur le vôtre, préparer sa future mise en coupe réglée et le placer en situation de domination coloniale.

Progressivement, la France s'en rapproche et bientôt, il y a fort à craindre que toute notre politique ne sont même plus dictée de Bruxelles mais de Pékin.


Or, Pékin n'est pas une démocratie et, encore dernièrement, à Hong-Kong, elle a impitoyablement écrasé toute vélléité démocratique.

Se pose donc une vraie question d'éthique et de morale: peut-on légitimement laisser une dictature acquérir des biens et des portions essentielles d'un Etat étranger et en prendre progressivement le contrôle ?

Ne devrait-il pas y avoir une loi qui interdise toute passation de marchés publics avec des dictatures ?

La non-réaction des Occidentaux et de la France en particulier, est d'ailleurs assez symptomatique de l'état de dépendance dans laquelle nous nous trouvons déjà vis-à-vis de ce pays devenu aussi notre principal fournisseur en produits de haute-technologie pour grand public (IPhone produits en Chine par des enfants...). Pire, alors que, sous prétexte de défendre la démocratie en Ukraine, on se prive de livrer ses navires à Poutine au risque de lourdes sanctions financières, dans le même temps, Hollande a vendu à la dictature chinoise, sans y poser la moindre condition, l'aéroport de Toulouse. Et la gauche prétend donner des leçons en matière de droits de l'Homme ! On se marre !

 

Enfin, on peut vraiment se demander, si avec cette politique de cessions aux intérêts privés étrangers de parts importantes de notre patrimoine (on parle aussi d'utiliser un système de concessions d'exploitation pour un certain nombre de monuments historiques, dont Versailles), nous sommes encore bien chez nous et, de toutes les questions, c'est peut-être encore celle-là la plus cruciale et la plus grave, car c'est l'indépendance nationale qui est en jeu.


Commenter cet article

Antinocus 08/12/2014 20:04


Si on devait faire des affaires qu'avec des démocraties on exporterait pas grand chose non plus!


Pourquoi on vend? La France est en ruine; il faut payer les fonctionnaires, les aides sociales, rembourser la dette, entretenir l'armée, la sécurité sociale et j'en passe d'autres! On a vécu
au-dessus de nos moyens et on a du mal à accepter qu'on n'est plus des riches sur cette Terre. On a mangé notre pain blanc! A nous d'être les pauvres... La roue tourne! Accrochons-nous tant que
nous pouvons avant de tomber définitivement. La question n'est pas démocratique mais économique! Et si ce n'est pas nous qui vendront nos armes, d'autres le feront sans scrupules.

Jerem 10/12/2014 15:59



Si on avait laissé l'URSS investir massivement dans nos pays démocratiques, comme on laisse la Chine, on ne serait jamais venus à bout du communisme soviétique. Il y a un grave danger à assurer,
par nos investissements et par la cession de nos actifs nationaux à la Chine qui ne rêve de d'étendre son modèle communiste au monde ou au Qatar qui finance le terrorisme islamiste. le
développement économique de pays dont l'unique ambition est de se venger des Occidentaux.


D'autre part, si vous, ça ne vous dérange pas que vos smartphones soient assemblés par des enfants en Chine et que ses composants proviennent de minerais extraits par des enfants dans les mines
de RDC, moi si. C'est juste une question d'éthique et de morale.