Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Français aspirent à la liberté

26 Mai 2014 Publié dans #C'est juste mon avis

http://ww3.ac-poitiers.fr/hist_geo/ressources/memoire_philatelie/images/images_commemo/669_400.jpg

 

Parce que les Français ont connu, pendant quatre années, l'Occupation partielle puis totale de leur territoire entre 1940 et 1944, ils sont plus sensibles que d'autres peuples aux entraves à leurs libertés, à la mise sous tutelle politique et économique, à l'impression de n'être plus maîtres de leur destin.

Et parce qu'il y a, chez nombre d'entre eux, une vraie âme résistante contre ce qu'ils persuavent comme une trahison de leurs élites politiques et économiques et une véritable agression dirigée contre eux, ils ont fait le choix de placer en tête des élections européennes le seul parti à avoir, au plan national, assez de poids pour provoquer un séisme, tenter de faire entendre leur révolte à leurs dirigeants obtus et bornés, et la faire entendre aussi aux autocrates de Bruxelles.


D'ailleurs, il n'est pas anodin de remarquer qu'à un point près, le FN fait aujourd'hui le score du PCF à la Libération, lorsqu'il était devenu le premier parti de France, auréolé de ses succès dans la Résistance.

Et comment le parallèle ne pourrait-il pas être fait quand, sociologiquement, ce sont aujourd'hui les héritiers des sans grades de la Résistance (les employés, les ouvriers, les jeunes de moins de 35 ans) qui ont porté leurs voix vers ce parti ?

Car, ne doutons pas, ce n'est pas qu'un vote de colère et de mécontentement qui s'est exprimé, c'est aussi un essai de résistance, un appel à la résistance par les urnes.

Résistance contre une Europe qui refuse de les protéger contre le chômage; résistance contre une Europe qui permet à des travailleurs de l'Est sous-payés de venir travailler en France alors que nos jeunes sont au chômage; résistance contre une Europe qui promeut la casse des services publics; résistance face à une Europe passoire (comment peut-on admettre que la soeur et le frère Merah aient pu traverser toute l'UE sans être inquiétés le moins du monde ?); résistance aussi face à des élites politiques qui bradent le patrimoine et les éléments de la fierté nationale (voir les scandales Florange et Alsthom) au nom des idéaux sociaux, politiques et économiques de cette même Europe.


Or, dans ces élections, quel parti était assez audible pour porter cet acte de résistance, sinon le FN ? Ce parti qui semble être désormais le seul en phase avec l'opinion profonde du pays (de nombreux thèmes de sa campagne rejoignaient les préoccupations des Français sur l'Europe et la construction européenne) et le seul qui semble être encore, chose paradoxale pour un parti que certains assimilent un peu trop rapidement au fascisme en raison de son socle originel qui ne porte d'ailleurs pas Marine dans son coeur, à sembler encore vraiment défendre les valeurs qui ont permis à la République de s'imposer et de triompher à partir des années 1880: égalité républicaine, respect de la laïcité, refus des communautarismes, défense du citoyen et de la citoyenneté, défense de la culture et de la langue française... Tous ces thèmes que les partis de gauche et le PS le premier ont depuis bien longtemps sacrifié à une vision organique, segmentée, communautarisée de la France, alors qu'il devrait être le premier à porter à bouts de bras ces thèmes républicains.


Aujourd'hui, ce que veulent les Français, c'est ne plus avoir ce sentiment d'être occupés par une puissance supra-nationale qui dicte ses lois au pays sans le connaître et qui s'appelle l'Europe; ce que veulent les Français, c'est que leurs élites politiques et économiques cessent la Collaboration avec ce monstre autocratique perçu comme largement illégitime et qu'il les en libérent; ce que veulent les Français, c'est récupérer la maîtrise d'un destin dont ils se sentent dépossédés par des gens sans aucune légitimité démocratique.

Enfin, ce qu'il veulent, c'est que la caste politique qui les a trahi, notamment en bafouant leur refus du TCE et qui se reproduit au pouvoir depuis trente ans, dégage enfin et laisse la place à de nouvelles têtes, de nouvelles générations qui façonneront une Europe plus proche de leurs espoirs et de leurs espérances.

 


Commenter cet article