Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand la femme s'en mêle

29 Janvier 2020 Publié dans #Cinéma d'hier et d'aujourd'hui

Quand la femme s'en mêle est un film de 90 minutes réalisé par Yves Allégret et sorti en 1957 qui a comme particularité de compter, à côté d'acteurs déjà chevronnés comme Edwige Feuillère, Bernard Blier, Jean Servais ou Yves Deniaud, d'acteurs plus ou moins débutants comme Bruno Cremer (alors plutôt mince et longiligne), Sophie Daumier, Pierre Mondy, Jean Lefèvre et surtout Alain Delon qui tient ici son tout premier rôle (il est l'un des hommes de main de Godot, l'un des truands du film).

En lui-même le film, dont certains dialogues offrent quelques exemples de l'argot des années 50, est construit sur un scénario qui n'est pas idiot mais qui est insuffisamment développé, peut-être par manque de moyen ou volonté de faire un film tenant en 1h30 environ et c'est bien dommage car on se surprend souvent à se demander quelle pouvait être la couleur du décor, des vêtements, des voitures et on a presque envie de franchir l'écran pour aller visiter.

Quant à l'intrigue, elle plonge dans le milieu des truands et tenanciers d'établissements borgnes: Maine qui fut en couple avec plusieurs truands (elle regrette parfois au cours du film le temps de René, peut-être une allusion à René-la-Canne) vient de larguer le dernier pour Godot. C'est le début d'un règlement de compte entre les deux clans, compliqué par l'arrivée à Paris de la fille de Maine, Colette et de son tout premier mari, Félix Séguin, employé postal qui veut, lui, se venger du propriétaire des Galeries Modernes parce que sa dernière épouse a pari dans l'incendie de l'établissement et qu'il l'accuse d'avoir fait mettre le feu pour toucher la prime d'assurance. Pendant ce temps, une idylle se noue entre Colette (Sophie Daumier) et Jo (Alain Delon) pour compliquer la situation.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article