Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La cible humaine

12 Octobre 2008 Publié dans #Cinéma d'hier et d'aujourd'hui



On parlait, dans l'un de nos derniers articles, de ces westerns qui avaient démythifiés l'histoire de l'Ouest; tel est le cas de La cible humaine (The Gunfighter), réalisée en 1950 par Henry King, avec, dans le rôle principal, Gregory Peck.

Il y interprète Jimmy Ringo, un homme qui s'est fait une réputation de pistolero; mais c'est un pistolero fatigué qui n'aspire qu'à retrouver une paix et une tranquilité qu'il a perdues.
En vain. Toutes ses tentatives pour éviter tout conflit se soldent par un échec, de jeunes morveux cherchant tous à se tailler une réputation en essayant de l'abattre.

C'est aussi un huis-clos stressant (le cheminement de l'action est concentrée autour d'un saloon) fondé sur la détresse psychologique d'un homme qui sait sa chute imminente et qui cherche à revoir sa femme et son fils.
L’action est assez rare mais la tension très présente, ainsi que l’humour, quand Ringo rencontre incognito les dames de bonne société de la ville, et que celles-ci ne savent pas à qui elles parlent.

Nulle happy-end à ce western; le héros (si on peut parler de héros) se fait abattre d'une balle dans le dos à la fin du western; il a perdu son combat contre la bêtise humaine.

Un western à part, en somme, et qui vaut le coup d'être vu.

Ce film a, en outre, marqué Bob Dylan: en effet, des nombreuses scènes du film ont inspiré l'une de ses chansons écrite en 1986, "Browsville Girl"


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Dieux qu'il était beau...
Répondre