Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants

22 Janvier 2011 Publié dans #Lectures

http://interlignes.curiosphere.tv/interlignes/wp-content/uploads/2010/11/mathias-enard-parle-leur-de-batailles-de-rois-et-d-elephant.jpg

 

 

Je viens de terminer la lecture du dernier Goncourt des lycéens, écrit par Mathias Enard, qui imagine la venue, en 1506, de Michel-Ange à Istambul, sur la demande du sultan qui souhaite réaliser un pont sur le Bosphore, reliant les deux rives, européenne et asiatique de son empire.

Techniquement assez bien construit, même si l'on pourrait, ici où là, lui reprocher quelques effets de style un peu ratés, ce roman est surtout un hymne à la tolérance du monde ottoman que l'auteur oppose à la barbarie des Rois catholiques qui viennent de chasser les juifs d'Espagne.

Comme chez un nombre croissant d'auteurs, on y retrouve une petite touche "gay" formée par le trio entre le poète Mesihi de Pristina qui ressent de l'attirance pour Michel-Ange, celui-ci, et un danseur/danseuse androgyne qui fascine le grand artiste ... avec cependant une déception -soyons gays mais pas trop - on finira par savoir que c'est une femme. Et là, on regrette vraiment que l'auteur n'ait pas été au bout de sa logique et de son raisonnement et fasse finalement jouer un bien vilain rôle à cette jeune femme qui se trouve être manipulée par un des clans de la Cour, car s'il y a bien une chose que Michel-Ange constate, à Istambul comme à Rome, c'est l'universalité des Grands à asservir et se livrer à d'obscures batailles pour le pouvoir.

Aussi est-ce un Michel-Ange à la fois désabusé et rempli de souvenirs étranges qui quitte la ville à la fin de l'ouvrage.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article