Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au nom de tous les miens (Martin Gray)

19 Avril 2008 Publié dans #Lectures

 

                                       (Michel Giliberti pour l'illustration)

            "Au nom de tous les miens", publié pour la première fois en 1971, est le récit qui se veut autobiographique de la vie de Martin Gray, jeune juif polonais du ghetto de Varsovie, trafiquant pour le ravitailler, échappé de Treblinka, combattant du ghetto, combattant aux côtés des partisans puis des Soviétiques, participant à la libération de l'Europe et qui décide de raconter ses souvenirs suite à la mort de sa famille dans un incendie durant l'année 1970, incendie qui le ramène à la disparition de sa mère et ses frères dans les chambres à gaz de Treblinka.

            En fait, la préface nous prévient, le vrai auteur du livre n'est pas Martin Gray, mais Max Gallo, auquel Gray a raconté ses souvenirs; et même si l'on n'avait pas eu cette mention, le style d'écriture, les postures, les mots, les pensées attribuées à Gray sonnent beaucoup trop comme du Max Gallo pour n'être pas reconnues.
Ainsi, sous sa plume prend place, non plus l'histoire d'un homme, mais un roman fabriqué à partir d'un matériau brut, la vie de Martin Gray, remaniée, retouchée, manifiée, transformée, sans doute avec des épisodes imaginaires aussi, destinés à faire de Gray une sorte de Napoléon du ghetto de Varsovie et à émouvoir Margot dans les chaumières.
Autant dire que ce récit, malgré tout l'intérêt qu'il peut comporter (il faut tout de même le souligner), est plus à lire comme un bon roman que comme un témoignage véritable; une leçon de vie qui se veut "édificatrice". Tout le Max Gallo tel qu'on le connaît est en germe dans ce roman.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Max Gallo, l'ex-homme de gauche, la nouvelle créature de Sarko ?
Répondre