Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

1914. les Atrocités allemandes

8 Février 2013 Publié dans #Lectures

sous-titre: La vérité sur les crimes de guerre en France et en Belgique.

 

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782847348262.jpg

 

Ce livre des historiens John Horne et Alan Kramer, publié en 2001 est plutôt dans le genre rébarbatif et c'est un peu dommage, parce que, par ailleurs, il traite d'un sujet très intéressant et très bien documenté afin de nous présenter et de nous faire comprendre les massacres et destructions commis par les Allemands en août et septembre 1914 en Belgique et dans certains départements français et les enjeux de mémoire qu'ils ont suscité et continuent à susciter.

En effet, 6 500 civils massacrés en deux mois (674 à Dinant, 248 à Louvain ... des habitations ou des quartiers détruits presque entièrement sur ordre (plus de 12 000 dont 600 à Visé, 1 100 à Dinant, 2 000 à Louvain), le feu mis volontairement à la bibliothèque de l'Université de Louvain, des populations déportées ..., comment ne pas comprendre combien l'image de l'Allemand barbare et hostile à toute culture a pu se constituer à ce moment-là, combien ces actes sont à l'origine de l'Exode de 1940 et combien ils semblent être de lointains échos de certains massacres de civils à l'Ouest à la fin de la Seconde Guerre mondiale.


Il paraissait donc important de se pencher sur ces événements, leurs causes, leur appréhension durant l'Entre-deux-guerre du côté allié et du côté allemand, et comment les regards ont difficilement évolué depuis 1945 sur les actes de l'armée allemande en 1914, les ouvrages d'histoire publiés Outre-Rhin continuant à affirmer encore, comme l'encyclopédie Brockhaus (1996) que les francs-tireurs sont des combattants irréguliers contre les Allemands en France en 1870-1871, et à nouveau en France et en Belgique en 1914, les destructions de Louvain et de Dinant ne faisant même pas l'objet de mention de massacres de masse ou comme, dans l' Histoire allemande, de Thomas Nipperdey, qui passe pourtant pour un ouvrage de référence, que les francs-tireurs belges ont provoqué de la "nervosité" chez les soldats allemands qui ont réagi "parfois avec une sévérité imprévue"; "De petits incidents et des dommages de guerre" sont exagérés par la propagande alliée comme "le barbarisme des Huns" et les "atrocités allemandes".

 

 

Au regard des chiffres cités par les auteurs, on voit bien qu'on ne peut pas parler de "petits incidents et dommages de guerre" et que les Allemands ont encore du mal à assumer ces actes, même aujourd'hui, se réfugiant encore derrière le mythe des francs-tireurs, parce qu'ils rendent moins uniques ceux commis durant la Seconde Guerre mondiale à Oradour et ailleurs, Hitler et le nazisme ne pouvant pas servir de paravent protecteur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article