Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France isolée/UE qui crève/Eglise sans tête

12 Février 2013 Publié dans #C'est juste mon avis

http://s2.lemde.fr/image/2013/02/11/534x267/1830124_3_132d_benoit-xvi-le-29-decembre_f14ce139c82411b0ce742b5dda0da90e.jpg

 

L'année du serpent ne sera pas une année de tour repos, c'est ce que les astrologues chinois nous prédisent, et de tout repos, elle a, effectivement, peu de chances de l'être si l'on en juge par ses débuts.

 

La France, tout d'abord, connait, en ce début d'année, un isolement diplomatique de plus en plus profond tel qu'on n'en a plus connu depuis la fin du Second Empire et les débuts de la IIIème République.

Son intervention au Mali pour les beaux yeux d'Areva, même si elle n'est pas formellement condamnée par nos partenaires occidentaux au nom de la lutte contre le fantasmagorique ennemi islamiste, ne reçoit guère de réel soutien; quelques bonnes paroles, un peu d'aide logistique, mais du bout des lèvres, à tel point qu'on sent la réprobation muette derrière les sourires de façade et un isolement quasi-complet.

Au sein de l'UE, sa situation n'est pas meilleure. Lâchée par son partenaire allemand qui a rejoint le camp du Royaume-Uni, trop longtemps agrippée au mythe de l'union franco-allemande qui, dans les faits n'existe plus, même si le duo Merkozy a pu un temps faire illusion parce que Sarkozy vassalisait systématiquement la France aux intérêts germaniques, au point, durant sa campagne de 2012, de vouloir nous vendre les solutions allemandes à la crise, la France a totalement perdu son influence et a dû plier devant le couple germano-britannique, sacrifiant la relance de l'emploi et de l'industrie en Europe pour sauvegarder péniblement sa politique agricole commune mais pour combien de temps encore ? Car il semble bien qu'aujourd'hui, que l'Allemagne soit en passe de lui ravir la première place si ce n'est déjà fait, forte d'un dynamisme agricole supérieur et d'une tendance exponentielle à l'exportation dans ce secteur. On comprend, dans ces conditions, que l'Allemagne supporte de moins en moins l'arrogance agricole française et face désormais cause commune avec ses adversaires et ce ne sont pas les déclarations unilatérales du ministre des finances français sur l'Euro fort qui vont contribuer à réduire l'isolement diplomatique de la France.

 

L'UE d'ailleurs, n'en finit plus de mourir: on voit très bien des dernières discussions sur le budget que les 27 (bientôt 28) n'ont plus aucune volonté de vivre ensemble, sinon pour y contribuer le moins possible tout en bénéficiant du plus d'aides possibles. Ce qu'ils veulent, ce n'est ni une union, ni une zone de libre-échange, ni rien d'autre: ils veulent juste un tiroir-caisse où puiser sans fonds. A cet égard, Merkel et Cameron ont sans doute eu raison de tirer le signal d'alarme et d'essayer d'obtenir une pause dans la hausse du budget. Malheureusement, la somme des égoïsmes nationaux, y compris celui de la France, n'a pas permis de réorienter les dépenses en faveur de la relance et de l'emploi, la France préférant, comme je le disais, sacrifier tout à la préservation de ses aides agricoles, d'autres à leurs aides aux régions en difficultés ...

Les 4 principaux groupes du Parlement ont vite réagi et fait savoir qu'ils ne voteraient pas ces orientations buegétaires en l'Etat. Ca promet encore de belles bagarres et le triste spectacle d'une Europe qui n'en finit plus de mourir devant nos yeux impuissants.

 

Enfin, on apprend que l'Eglise a perdu sa tête puisque le pape annonce son abdication. Une première puisque jusqu'ici personne n'avait volontairement et sans contrainte abdiqué le trône de St Pierre, même pas au Moyen-Age où les trois cas souvent cités par la presse furent des démissions forcées. On pourra toujours épiloguer, comprendre et approuver même l'homme dans sa décision; religieusement, il n'est pas sûr que l'idée soit des plus excellentes. Abdiquer pour préserver la fonction qu'on exerce est certes un choix, mais souffrir en martyr à l'exercer peut parfois donner à cette fonction ou à la personne concernée un grand prestige moral aussi. Personne n'aurait crié "santo subito" après la mort de JP II s'il n'avait pas tant souffert à exercer ses fonctions à la fin de sa vie. Benoît XVI a juste affirmé sa vocation à ne pas l'être et à être donc laissé en paix après sa mort. A moins qu'il ne témoigne par là une confiance bien mitigée en Dieu et l'affirmation subliminale qu'il ne croit tout simplement pas ou plus en Dieu.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article