Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'affaire Pie XII

21 Juillet 2006 , Rédigé par Moi Publié dans #Quelques articles historiques



Il y a quelques temps que j'avais promis cet article sur Pie XII; je me lance.

L'affaire Pie XII est venue de la diffusion du film de Costa-Gavras, Amen, en 2002, tiré d'une pièce allemande, le Vicaire, de Rolf Hochhuth, jouée en 1963 pour la première fois et qui accuse ce pape d'avoir été complice des crimes nazis.
Lorsqu'il devient pape, Pie XII connait bien l'Allemagne puisqu'il y a été nonce apostolique de 1917 à 1929.
Certes, un Concordat est bien signé avec l'Allemagne nazie, en 1933, mais il n'est que le résultat de négociations entamées avec la République de Weimar, et Pie XII, alors secrétaire d'Etat, l'a accepté car il pensait s'en servir comme d'une convention à partir de laquelle, quand les clauses seraient violées, il pourrait protester.
Très vite, cependant, Hitler piétina cet accord et de nombreux catholiques furent l'objet de représailles et d'assassinats.
La riposte vint alors de Rome, où le cardinal allemand Faulhaber rédigea un texte, complété par le futur Pie XII; c'est l'Encyclique Mit brennender Sorge, exceptionnellement rédigée en langue nationale et non en latin, en 1937, dénonçant le nazisme.
A la Noël 1939, alors qu'il est devenu Pape, il proteste énergiquement contre les massacres commis en Pologne: " Nous avons dû, hélas! assister à une série d'actes inconciliables aussi bien avec les prescriptions du droit international qu'avec les principes du droit naturel et même les sentiments les plus élémentaires d'humanité. Ces actes exécutés au mépris de la dignité, de la liberté, de la vie humaine crient vengeance devant Dieu". D'autres interventions du même ordre sont prévues, mais l'épiscopat polonais le prie de ne pas le faire car ils craignent des représailles nazies encore plus violentes.
Début mai 1940, il transmet secrètement à Paris et à Londres, la date et le lieu de la prochaine offensive allemande, mais on ne l'écoute pas.
Par la voie de son nonce à Vichy, Monseigneur Valery, il fait condamner le Statut des Juifs: " Le Pape est absolument opposé aux mesures iniques qui ont été prises. Et je demande la permission au héros de Verdun, de lui poser la question de savoir si beaucoup de soldats qui sont morts glorieusement pour la France n'étaient pas Juifs, et s'il est sûr que le soldat inconnu qui repose sous l'Arc de triomphe n'était pas juif".
De nombreuses protestations du nonce arrivent à Vichy, à partir de 1942, pour dénoncer les rafles dont les Juifs sont victimes.
Alors, certes, on peut reprocher à Pie XII de ne pas avoir protesté plus energiquement en public, mais rappelons qu'il est diplomate de formation et, comme tel, a tendance à privilégier les voies discrètes et secrètes.
D'autre part, le pape a toujours craint les représailles qui pouvaient s'exercer à l'encontre des catholiques s'il venait à s'exprimer de façon trop brutale.
Cependant, il n'a pas complétement gardé le silence, et dans le message de Noël 1942, tronqué injustement dans le film Amen, on trouve un passage explicite, coupé dans le film, ou il dénonce toutes les cruautés du conflit en cours, évoquant: " les centaines de milliers de personnes qui, sans aucune faute propre, parfois uniquement en raison de leur nationalité ou de leur race, sont destinés à la mort ou au dépérissement." C'est au dernier moment que le pape a utilisé le mot "race" plutôt que Juif, après concertation avec l'ambassadeur américain au Vatican, Myron Taylor.
Pour mieux comprendre la réserve de Pie XII, je citerai enfin la lettre qu'il adresse le 30 avril 1943 à Monseigneur von Preysing: " Nous laissons aux pasteurs en fonction sur place le soin d'apprécier, si, et en quelle mesure, le danger de représailles et de pressions, ainsi que peut-être d'autres circonstances dues à la longueur et à la psychologie de la guerre, conseillent la réserve - malgré les raisons qu'il y aurait d'intervenir- afin d'éviter des maux plus grands. C'est l'un des motifs pour lesquels nous-mêmes, nous nous imposons des limites dans nos déclarations.".
Enfin, par l'intermédaire du Vatican, et par ordre du pape, des centaines de Juifs ont été sauvé, y compris en les cachant à Castel Gandolfo la résidence d'été des Papes.
Reste un point à éclaircir, et non des moindres: pourquoi, après la guerre, le Pape et l'Eglise ont-ils aidé des criminels de guerre à s'exfiltrer d'Europe; là-dessus, Pie XII est impardonnable et il serait bon qu'aujourd'hui, le Vatican levât le secret pour en connaitre les motivations.

De tout cela, on ne peut pas conclure que Pie XII fit le Pape d'Hitler, comme certains ont essayé de le faire croire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article