Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Illustration du relativisme en politique

8 Décembre 2007 Publié dans #C'est juste mon avis

sarkozyurssstalinemd9.jpg

La venue lundi à Paris de Kadhafi, confirmée par le porte-parole de l'Elysée, alors même qu'il vient, au sommet de Lisbonne de justifier le "recours au terrorisme des faibles", ne peut, à nouveau, que poser les limites de ce qu'on appelle le relativisme en diplomatie, concept en vogue chez les Sarkozy-Kouchner, nouveaux Sabatier-Foucault de la politique française (les nostalgiques des guignols première version auront compris  l'allusion), pour lesquels tout se vaut, pourvu qu'il y ait des contrats juteux à signer au final et peu importe les couleuvres à avaler (un contrat vaut bien de se faire traiter de juif par un ministre algérien, par exemple). On dit même que le fils Dassault va enfin réussir à refourguer ses "vieux" Rafales dont personne n'a jamais voulu, à Kadhafi.

Nicolas Sarkozy avait justifié cette réception, le mois dernier, en ces termes: "Si on ne le reçoit pas, si on ne parle pas avec des pays qui se respectabilisent, alors qu'est-ce qu'on dira à l'Iran et la Corée du Nord ?"

Or, avec les déclarations de Kadhafi justifiant le recours au terrorisme, après mille autres actes pas plus reluisants dudit dictateur, comme, en 2005, le prix Khadafi des Droits de l'Homme décerné, entre autres, à Roger Garaudy qui nie farouchement l'existence des chambres à gaz, on trouvera à cette visite une justification des actes du Colonel qui vient tout simplement dire: "Regardez ce que moi, Khadafi, grâce au terrorisme, j'ai réussi à faire ! Aujourd'hui, les plus grands de ce monde me cirent les pompes et signent des contrats avec moi" et faire des Sarkozy-Kouchner les dindons de la farce qu'il vient habilement de leur jouer.
On parle même de visite officielle de Kadhafi sur la tombe du Général à Colombey !!!!!! (Sarkozy va-t-il tomber aussi bas?).

Pendant la campagne présidentielle, Sarkozy nous avait annoncé qu'il pratiquerait une diplomatie morale. Où est-elle? 
"Nous voilà les premiers et seuls à féliciter Poutine pour ses "élections", nous voilà disant ouvertement à la Chine qu'elle pouvait disposer de Taiwan et que nous ne nous inquiéterons plus du Tibet, nous voilà alignés sur la puissance américaine, et les amis de Kadhafi" dit François Bayrou, auquel on ne peut donner tort.
"Tout cela demande dans l'opinion française une mobilisation d'indignation", dénonçant "la diplomatie business" menée en fonction "du carnet de chèques" des interlocuteurs. "J'appelle les démocrates et les républicains à dire, s'il le faut ensemble, leur réprobation et leur indignation" ajoute-t-il avec raison.

Cependant, au-dela du sujet strict de cette visite, c'est toute la question plus générale du relativisme qui se trouve à nouveau posée; Benoît XVI le dénonce; il en use d'ailleurs, entre autres, pour condamner le mariage homo et les revendications concernant l'adoption par les couples homos.

J'avoue que, depuis quelques temps, face au relativisme ambiant qui nous entoure et que, plus que quiconque, notre président manipule à sa guise, je me demande si, finalement, Benoît XVI n'aurait pas partiellement raison (j'avoue que s'il n'y incluait pas le "problème homo" çà simplifierait les choses).
Bref, Benoît XVI a ouvert une porte à de nouvelles interrogations en moi; un contre-coup du sarkosisme?
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Finalement ce que je reproche le plus à Monsieur Talonette c'est ce sentiment de honte parce que, bon gré mal gré, il nous représente.J'ai honte, honte, honte.
Répondre