Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une conférence vide !

8 Janvier 2008 Publié dans #C'est juste mon avis

Sarko-by-Djoz-copie-1.jpg

On ne peut pas dire que l'on ait eu grand chose à se mettre sous la dent lors de la conférence de presse de Nicolas Sarkozy, à part l'annonce de choses déjà annoncées ou d'idées dont on pensait  - à tort - que seul le cerveau de la Madonne socialiste qui a vu la Vierge en personne était capable de faire germer.

Or, vu le contenu médiocre, on se demande vraiment pourquoi Sarkozy a réuni cette conférence "gaulienne" sinon pour désacraliser encore un peu plus la fonction présidentielle en la réduisant à une sorte de "géant essoufflé" et sans imagination (on aurait dit Jospin annonçant jadis son incapacité à agir).

Cependant, il ne doit s'en prendre qu'à lui-même, car c'est bien lui qui, contre toutes les évidences économiques déjà perceptibles à l'époque, a bâti un programme de campagne irréaliste économiquement, fondé sur le retour miraculeux de la croissance qui n'est pas là. Et il faut dire qu'il avait, aujourd'hui, dans ce domaine, la queue bien basse, le roquet qui, il y a encore quelques semaines, prétendait, avec ses petits bras muslés, aller nous ramener la croissance à lui tout seul.
Ah, il est beau celui qui se vantait d'être le président du pouvoir d'achat; lui qui est devenu le président de la vie chère ! 
Que nous a-t-il annoncé dans ce domaine? 
Rien, l'abandon confirmé des 35h et même, peut-être, la disparition de la durée minimum légale du travail (en ce cas, ce serait la directive européenne temps de travail qui s'appliquerait, donc une durée légale qui irait jusqu'à 48h par semaine).
Pour quel salaire? 
Vraisemblablement payées 35 ! avec disparition, à la clé, des heures sup', donc une baisse du pouvoir d'achat. Le "Travailler plus pour gagner plus" vient de faire pschittt, ce matin.
Ce qui laisse penser que ce sera 40 à 48h payées 35, c'est que Sarkozy parle, pour augmenter les salaires, non de payer les salariés plus, mais de recourir à la participation, l'intéressement, notamment dans les entreprises de moins de 50 salariés, ou les stock-options "pour tous" .Quand on sait les disparités qui existent entre les entreprises concernant les montants de tout cela, que beaucoup de salariés n'y ont pas droit, que cela exclut d'office de ces mesures les fonctionnaires et les retraités, il y a de quoi rire très jaune.
Il est beau le candidat qui promettait d'augmenter les petites retraites. 
De même, il refuse d'augmenter le Smig.

Ah! Monsieur ne veut pas vider de caisses qui sont déjà vides !!! Il a fait quoi avec son paquet fiscal de 15 milliards d'euros? Curieux, pour çà, il n'a pas hésité une seconde à puiser dans les caisses vides.

On notera, au passage, sa volonté de manipuler les chiffres en trouvant un autre moyen de calculer la richesse nationale pour cacher l'échec de sa politique et l'augmentation du poids de la dette (Staline n'eût pas fait mieux).

De plus, il a fait une énorme bourde qui montre qu'il n'a jamais lu la Constitution en affirmant vouloir inscrire la garantie de l’égalité entre hommes et femmes dans son préambule. Bizarre, je lis pourtant, dans ce préambule la phrase suivante: " La loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l'homme". 

Il nous confirme, par ailleurs, comme il l'a déjà dit, vouloir remettre en cause la laïcité à la Française en revenant sur l'égalité des citoyens sans disctinctions de race, d'origine ou de religion puisqu'il souhaite mettre en place une politique du respect de la diversité, autrement dit, donner un statut légal au communautarisme: c'est sans doute cela sa "laïcité positive".

Enfin, on notera sa proposition, digne de la Madonne socialiste, de supprimer la pub sur les chaînes publiques, ce qui se traduira par une nouvelle baisse du pouvoir d'achat avec une augmentation de la redevance télé, une taxe sur les profits des fournisseurs d'accès à Internet, lesquels ont déjà annoncé qu'ils le répercuteront sur leurs abonnés (autrement dit, nous, consommateurs) et une taxe sur les recettes publicitaires des chaînes privées qui se frottent déjà les mains sur le surcroît de recettes publicitaires que va leur apporter l'interdiction de la pub sur les chaînes publiques. Il suffit de voir le bond spectaculaire fait par les actions de TF1 et M6 à la bourse, cet après-midi pour comprendre que c'est, à nouveau, un cadeau en or que Sarkozy fait à ses potes de la télé.

Mais cette conférence n'avait peut-être qu'un seul but: annoncer son remariage avec la Bruni qui, dans moins d'un an l'aura déjà trompé dans les bras d'un autre; parce que pour le reste, on le savait déjà.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Quand l'inculture, l'arrogance et la suffisance sontau pouvoir...Mais qui l'a élu, bordel ?
Répondre
T
Moi, je suis d'accord ... particulièrement sur la Constitution !!! M'enfin, attends ... il peut pas donner des interviews à Gala, aller acheter les mêmes montres qu'à Cécilia et lire la Constitution ... en bon juriste qu'il est ... ça va pas non ?
Répondre
Z
Le plus lamentable dans l'affaire, c'est qu'il n'y a aucune opposition digne de ce nom pour contrer les péroraisons de ce démagogue. Ou du moins une opposition visible dans les média. Mais quand ceux ci sont monopolisés par le pouvoir, c'est difficile d'exister tout simplement... Quant à la fin de la pub à la TV, ce n'est pas première fois que ce projet est jeté en pature dans les média. Juste un n-ième effet de diversion pour masquer l'essentiel. Mais le roi commence à être nu...
Répondre
M
C'est vrai qu'on a rien appris de plus et que de le voir comme ca a l'aise devant les journalises, sans note et orchestré de manière hollywoodienne on aurais dit le plus grand acteur fair un bilan de sa carrière et nous annoncer un futur (proche? lointain?) mariage avec un ex ex ex top model. :// navrant
Répondre