Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qu'ils aillent tous se faire voir !

5 Juin 2009 Publié dans #C'est juste mon avis

Après l'ultime épisode de la campagne que fut le débat sur France2 où nous n'avons eu droit qu'à un ramassis de types incapables d'assumer leurs amitiés, leurs choix et leurs votes à Bruxelles ou à Strasbourg quel que soit le bord auquel ils appartiennent, il est hors de question que j'apporte ma voix à l'un quelconque de ces minables rassemblés hier qui ne feraient que souiller mon vote de leurs salissures et de leurs mensonges.

Alors, par une sorte de désobéissance civile, je m'exprimerai par l'abstention, une abstention citoyenne parce qu'à un moment donné, il faut savoir arrêter de cautionner le système.
Quant à Cohn-Bendit, oui, comme d'autres, il a défendu la pédophilie dans certains de ses écrits; et ses pseudo-excuses sur le sujet (le contexte libertaire de l'époque, la volonté de choquer les bourgeois des années 70 dit-il) sont un peu courtes. Aussi est-il mal placé pour nous jouer les vierges effarouchées comme il le fait aujourd'hui dans la presse.
Si ça avait été un prêtre qui eût écrit cela dans les années 70 (voici ce qu'écrivait Cohn-Bendit: «Il m'était arrivé plusieurs fois que certains gosses ouvrent ma braguette et commencent à me chatouiller. Je réagissais de manière différente selon les circonstances, mais leur désir me posait un problème. Je leur demandais: "Pourquoi ne jouez-vous pas ensemble, pourquoi m'avez-vous choisi, moi, et pas les autres gosses?" Mais s'ils insistaient, je les caressais quand même» (Cohn-Bendit, le Grand Bazar, 1975)), tout le monde serait à lui tomber dessus à l'heure qu'il est.
Là, c'est St-Cohn-Bendit qui est en cause et soudain le voici transformé en blanche colombe et en martyr victime du méchant François. Qu'une partie de la presse prenne sa défense me révulse profondément.

Aucun ne mérite d'avoir la moindre voix; qu'ils aillent tous se faire voir ailleurs.




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article