Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Journée à Paris

1 Novembre 2006 , Rédigé par Moi Publié dans #L'actu du Moi !

Petite journée à Paris, hier, afin de changer d'air et de revoir "des gens que j'aime bien" (bon, je ne sais plus de quelle chanson çà vient, mais pas grave), enfin tout çà pour dire que ce sont des personnes que j'apprécie vraiment beaucoup.

Ouf, çà va, j'ai bien pensé à acheter des Met M's au distributeur pour les offrir à S. de la part de tante Irma car ce sacripan de S. prétend lire l'avenir dans les M et M's! (enfin, c'est comme çà qu'il se donne bonne conscience pour en manger, looool). Surtout que, c'est vraiment pas au point, j'en parlerai plus bas.

Mais S. est un zen qui arrive à la gare juste à l'heure: il pensait même être en retard dans le message qu'il a laissé sur mon portable; tant de zénitude reste un mystère pour moi, je l'avoue!

Comme d'hab., on ne sait pas trop où on va dans Paris, parce que, pour moi, peu importe l'endroit de Paris, l'essentiel, c'est de se balader; discussions perso sur nos problèmes respectifs, prise de verre dans un bar (quand même le mieux pour discuter) et direction les Champs-Elysées avec passage éclair à la Tête dans les nuages et le Virgin, deux endroits om S. à travaillé (il me montra même l'endroit où il était homme-colonne au Virgin).

On découvre aussi que l'on peut très bien entretenir une conversation juste en échangeant des borborygmes, mdrrr: Voui, c'est très efficace, mdrrr; çà maintient le contact.

Avec tout cela, il est déjà une heure, et comme nous avons un rendez-vous de prévu avec Mister Lancelot, il s'agit quand même de manger avant.  S. connaissant mon peu d'attrait pour les restos hésite; chinois, pas chinois? euh... non, avec ton estomac fragile.... on se rabat sur les Maronniers, un excellent choix, pour deux raisons: 1) on peut matter les serveurs gays juste pour le plaisir des yeux 2) première fois que je "fréquente" un lieu "gay" et c'est pas déplaisant du tout comme expérience.

L'heure avance, le service est lent à cause du monde; 14h30 approche et là, quand même faut prévenir Lance pour qu'il ne croit pas qu'on veut lui poser un lapin; sauf qu'au milieu de tout ce bruit... pas simple.

 Cependant, après quelques péripéthies, enfin, on se retrouve place Ste Opportune où apparait soudain la silhouette reconnaissable du Lancelot (le genre d'apparition qui vous éclaire la face d'un sourire instinctif parce que çà fait juste plaisir de le revoir après un an) et direction un petit bar pas trop rempli où on peut discuter à notre aise de tout et de rien, de nous, enfin, des conversations qui ne concernent que nous (désolé pour les curieux, looool) et même rigoler un peu (j'en constate au passage que je suis un peu plus bavard que d'hab., mais c'est vrai qu'avec ces deux-là, je suis en confiance donc moins à me surveiller). S. et Lance qui ne se connaissaient pas se parlent naturellement, allant même jusqu'à quelques confidences de vies perso et puis c'est vrai que Lance a le truc pour mettre les gens à l'aise.

Par contre, quand ils entrent dans leurs conversations de Parisiens sur les lieux et leur évolution, mdrrrr! peut pas dire grand chose le petit provincial. enfin, c'est toujours sympa de les écouter car ils sont, tous les deux, de conversation agréable (même qu'on peut écouter Mister Lancelot parler pendant des heures sans se lasser; si, si !!!)

Finalement, petite ballade en extérieur où je commence à parler moins parce que je prends déjà conscience que cette trop courte journée va se terminer et que çà, 'est beaucoup moins cool; pas très envie de partir, tout compte fait, mais il le faut.

On quitte le Lancelot qui, mine de rien, a du boulot qui l'attend, et là... çà se gââââte! station de métro, guichet fermé; vite, on change de station. On prend le métro, paf, pas dans le bon sens !!! redescente et course dans les couloirs pour reprendre le bon sens! En plus de çà, heure de pointe, arrêts prolongés parce que tout le monde s'entasse et les portes ne veulent plus se fermer. On court, on court.... et.... on manque le train de peu !

Grosse poussée d'angoisse de ma part: j'y peux rien, mais c'est comme çà! Au point d'en avoir l'envie de me trouver un peu mal. En plus, le type de l'accueil et le type du quai qui ne sont pas d'accord sue la destination d'un autre train qui part finalement entre temps. Dire que les fameux M et M's avaient prédit que j'aurais mon train à l'heure, hummmm! Encore une voyante à la manque, ce S., pfff!

- Vous avez quoi comme billet? Un prem's; ben oui, mais, c'est pas échangeable! grrrrr! (oui, çà je sais, c'est écrit à la réservation). Faut voir avec le contrôleur du prochain trains prévu pour Reims.

Une heure a attendre; à laisser le stress retomber; à prévenir Lancelot par sms que le train est manqué (oui, on rit pas, on s'y est pris comme des manches, c'est pour çà qu'on l'a raté, pfff!), lequel croit à moitié à une plaisanterie (mais il se doute que je suis pas du genre à faire ce type de plaisanteries) et qui, au cas où commence à chercher une solution si jamais je ne peux pas prendre de train.

Heureusement, train suivant, après quelques recherches infructueuses, on trouve le contrôleur qui nous laisse monter; ouuuuuuuuuf. Juste le temps d'envoyer un nouveau sms à Lancelot pour lui dire que c'est arrangé et surtout le remercier pour ce qu'il était prêt à faire.

Sinon, que dire de plus, à part çà?

1) la prochaine fois, acheter un carnet de tickets et potasser le plan du métro au cas où S. perdrait encore la direction de l'Est

2) Bien trop court, une seule journée, je suis d'accord avec S. et Lancelot; faut que je reste plus longtemps, surtout que, bizarrement, j'ai beaucoup plus envie de fréquenter les lieux gays parisiens que ceux de Reims; peut-être parce que je me sens plus libre à Paris et que je sais que, de toute façon, on ne me laissera pas y aller seul la première fois

3) Devrait peut-être songer à épouser un Parisien, après tout; et comme bientôt, on sera plus qu'à 45 min de la capitale... puis, on ne sait jamais, une mutation, çà pourrait se faire si quelque chose devient vraiment sérieux (faut juste que les barèmes soient pas trop élevés que j'attende pas 10 ans ou alors changer de branche dans l'administration). Enfin, pour l'instant, faut d'abord trouver le Mister à mettre dans mes bras; après on verra ensemble.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
La vie parisienne est mouvementé et j'aime être dans cette ville, anonyme. Sauf que là pour le coup, je suis rentré chez mes parents, dans le Nord. La capitale ne me manque pas, sauf quand je llis des récits comme le tien !
Répondre
A
T’inquiète, normalement, au bout de 30 ans d’enseignement, tu devrais avoir le barème nécessaire pour muter sur Paris intra-muros. Si tu ne vises que la banlieue, là, c’est sûr, tu as assez de points. Mais, dans ce dernier cas, si j’étais toi je resterais à Reims, c’est rien 45 minutes ;-)
Répondre
P
ça me rappelle lorque j'ai débarqué de Chalons à Paris... Premières impressions du Marais et l'envie d'y rester. Sans y aller tous les jours non plus, c'est là où je me sens le mieux pour sortir ! Quant au métro, hélàs, il ne faut pas être un grand stressé pour pouvoir y survivre, mais ça, c'est une autre histoire !
Répondre
J
Reprendre assez vite, ben voui, je demande que çà, mais, jusqu'aux prochaines vacances, il ne me reste plus que les week-end, snifff! <br /> Et je suis d'accord, S est très agréable à regarder
Répondre
L
Je savais bien que ta tante Irma " S " avait du plomb dans l'aile, même si elle est tres agréable a regarder...hum !!! quand a toi tu as interet a suivre mon conseil ... que je suis sur ne pas etre le seul a t'avoir fait....hum !! ce fut un moment super sympa qu'il faudra reprendre assez vite... vieux !!!
Répondre