Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des fêtes antiques à aujourd'hui

23 Décembre 2006 , Rédigé par Moi Publié dans #Quelques articles historiques

Bien avant que le 25 décembre ne servît à célébrer la naissance supposée d'un ptit gars qui allait faire parler de lui, dans une étable de Palestine, cette période de l'année, qui marque le solstice d'hiver, était célébré par les humains dans des sentiments mêlés de crainte et d'appel au retour à une "normalité", associée à la virilité, la fertilité, la fécondité et la procréation.
Les peuples celtes, par exemple, faisaient de grands feux aux solstices pour lutter contre les ténèbres. Ils avaient très peur de ces périodes sombres durant lesquelles le jour durait moins longtemps et conjuraient le sort par ces grands feux, sortes de prières à l'astre solaire pour qu'il vint à nouveau fertiliser le sol et les champs.
Aux mêmes dates, les Romains célébrèrent d'abord la fête des Saturnales, en l'honneur de Saturne, laquelle évoquait le bouleversement du monde engendré par l'arrivée du solstice, en renversant les rites sociaux: les esclaves devenaient les maîtres et inversement, symbolisant ainsi le désordre des esprits. Afin d'appeler au retour à l'ordre, les gens sacrifiaient aussi symboliquement un mannequin représentant un jeune homme, pensant ainsi transmettre la vitalité du personnage à la nouvelle année.
Au IIIème siècle, alors que l'Empire romain est au bord de la dislocation, l'empereur Aurélien, instaure, le 25 décembre, la fête dédiée au Soleil invaincu, fête à destination des militaires plus que des civils, afin, en célébrant le soleil immortel, de faire croire de façon mystique, à l'immortalité de l'Empire romain.
Les cadeaux que l'on distribuait aussi, lors de cette période, étaient autant de moyens de se rassurer en cherchant à apaiser son prochain et à apprivoiser la part divine qui était en eux, me semble-t-il, de mon point de vue.
Ces références à la lumière et au soleil, cet "appel" au retour à la "normalité" se marquent encore aujourd'hui par de nouveaux rituels païens, comme ce fleurissement lumineux et lasvégassien des façades des maisons et des rues, qui, si on en jugent par leur multiplication incontrôlée depuis certaines années, et encouragée par quelques concours, montrent l'angoisse inconsciente de nos concitoyens et leur besoin de retour à une "normalité".

Quoi qu'il en soit, bon Noël à tous; avec un baiser en prime, looool

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
JOYEUX NOEEEEEEEEEEEEEEL JEREM !!! BIGBIG KISSSSS
Répondre
A
Merci pour toutes ces info intéressantes !
Joyeux Noël, Jerem ! J
Répondre
J
Déguiser nos rues en Las Vegas pour recréer un peu de normalité, c'est un joli paradoxe :-)Joyeux noël à toi.
Répondre