Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La chute

11 Juillet 2007 , Rédigé par Moi Publié dans #Cinéma d'hier et d'aujourd'hui

Pas d'idée de post, ce soir, alors je pille mon ancien blogue avec des impressions "culturelles":

N'ayant pas eu l'occasion de voir ce film à sa sortie en salle, je me suis acheté ce DVD la semaine dernière et je viens de le regarder.
Celà fait longtemps que je n'avais pas été autant touché par un film.
Ce n'est pas un film dont on sort indemne; et combien m'a semblé puérile et hors de propos la polémique qui a surgi lorsqu'on a accusé le réalisateur d'avoir humanisé Hilter.
Non, il s'est juste contenté de retranscrire à l'image ce que nous savons d'Hitler dans ses derniers jours; ses images montrent, elles ne prennent pas parti.
Du reste, çà n'est pas le propos de ce film; le réduire à la seule personne d'Hitler, c'est n'avoir rien compris au film.

C'est bien, comme son titre l'indique, l'histoire d'une chute, ou plutôt de chutes au pluriel:
- chute d'un homme
- chute d'un clan
- chute d'une ville

Le plus effroyable, c'est cet univers clos du bunker où les derniers fidèles sont prêts à laisser massacrer la population berlinoise tout entière sans jamais sortir de là, sans voir, ce que, concrètement, provoque leur entêtement. Une véritable schizophrénie collective et morbide.

Le plus effroyable, c'est de voir que des gens continuent aveuglèment à obéir à Hitler, à faire exécuter ceux qu'Hitler désigne comme traitres, ceux qui essayent de s'enfuir... Personne, sauf certains individus pas plus reluisants pour autant ( HImmler ...) ne tente d'arrêter la machine.
Personne pour l'éxécuter, ordonner son arrestation ou simplement le démettre de ses fonctions.
Seule la mort d'Hitler permet la capitulation de Berlin, ironique et douloureux rappel que celui-ci: Hitler était le maître du destin du peuple allemand et il l'a été jusqu'à l'ultime instant.

Très marqué par les images qui montrent la guerre dans Berlin même, les cadavres, l'oeuvre des fanatiques, les enfants qui combattent pour la défense de la ville, tout çà parce qu'un homme refuse de capituler et que personne n'a le courage de lui dire non.

Très marqué aussi par la longue scène où la femme de Goebbels tue ses enfants.

Je ne suis pas prêt d'oublier ce film.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
J'avais été le voir en salle.C'était une après-midi pleine de soleil.Je suis ressorti complètement sonné, et plusieurs heures ont été nécessaires pour que reprenne pied.Le soleil m'aveuglait.L'agitation de la ville me paraissait plus dérisoire que jamais.Ce film est magistral. On fait rarement plus implacable et oppressant.Si je devais oser une comparaison musicale, j'évoquerais la huitième symphonie de Chostakovitch, pour laquelle les mêmes qualificatifs s'imposent.
Répondre
J
Pillage : c'est du propre ! Mdr
Répondre
M
Bonjouren effet je pense comme vous ce film est un petit bijou meme si le sujet est sensible. La polémique eétait stupide puisque meme si ce qu'il a fait est inexcusable ca ne l'empechait pas d'etre humain et sympa avec les gens autour de lui.Ce qui est fort c'est de voir l'evolution d'un petit homme comme ca qui arrive a faire ce qu'il veu rien qu'avec ses idées (tient ca me rappel quelqu'un dans ce pays :///)Ca me donne envie de le revoir et de le faire découvrir a Remy qui ne l'a pas encore vu. Bizz
Répondre
H
Le mauvais procès fait à ce film à sa sortie est l'exemple même de la stupidité des critiques ; si tu  ne démolis pas systématiquement les réprouvés de la bien-pensance tu es un complice.<br /> Ce film a la vrai valeur d'expliquer comment un microcosme mourant, en huis clos, peut être toxique, mortifère pour le monde extérieur. On ne pactise pas avec Hitler en en démontant, de l'intérieur, les mécanismes.<br /> J'ai vu ce film lors de sa sortie en salles, et, je l'ai ensuite acheté en boîte pour le regarder encore.<br /> Jerem, ton analyse est intelligente et pertinente
Répondre