Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hilarion, l'énigme des fontaines mortes - Estrada

31 Octobre 2012 Publié dans #Homosexualité (actu - people - coups de gueule ...)

http://images.gibertjoseph.com/media/catalog/product/cache/1/image/9df78eab33525d08d6e5fb8d27136e95/i/121/9782330002121_1_75.jpg

 

Livre et auteur, Christophe Estrada, récompensés du prix du roman policier du magazine Historia, je ne pouvais, à mon tour, après l'avoir lu, que donner mon avis sur ce roman policier "gayfriendly" comme il en sort bien trop souvent de nos jours (un argument de vente comme un autre).

Hilarion, l'énigme des fontaines mortes, se passe à Aix-en-Provence et Toulon, au tout début du règne de Louis XVI. Lorsque le jeune noble d'épée Hilarion y arrive, à peine âgé de 18 ans mais déjà couvert de gloire (ne reculons devant aucune invraissemblance), la ville est en émoi devant l'assassinat, dans des conditions particulièrement horribles (il a été sodomisé et émasculé) d'un fils de la noblesse locale, lié au milieu des gardes-marines toulonnais connus pour leurs moeurs "honteuses" (deux autres meurtres identiques suivront).

Evidemment, le jeune Hilarion se retrouve mêlé à l'enquête et doit naviguer entre les inimitiés qu'entretiennent entre eux gens du roi, gens de la noblesse d'épée et gens de la noblesse de robe (le Parlement).

L'histoire se laisse lire, mais n'a rien de transcendant; c'est somme toute, un peu littérature de gare, d'autant plus que l'auteur tombe à l'excès dans la facilité de dialogues pas vraiment nécessaires et parfois confus (on finit par ne plus savoir qui s'exprime au bout de quelques lignes), à des descriptions et des citations de noms de personnages comme on en enfile sur un collier de perle, juste pour nous montrer qu'il connait bien Aix-en-Provence, et enfin, plusieurs fois, il place dans la bouche de ses personnages les mots "homosexuel" et "homosexualité", commettant un bel anachronisme puisque le mot lui-même n'est apparu que dans les années 1860. Il ne pouvait donc pas être connu, de toute évidence, du jeune Hilarion au XVIIIème S.

L'avantage, après, c'est que vous pouvez le jeter sans problème dans votre beine à papier à recycler puisqu'il n'y a aucune chance que vous le relisiez un jour, mais bon 23/24 euros, ça fait cher du recyclage ... à vous de voir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article