Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Juin 1910

11 Juillet 2010 Publié dans #Les année 1909 et 1910

Du 05 au 11 juin 1910

S'il y a bien une chose intemporelle entre 1910 et 2010, ce sont les discours politiques.

Qu'on se le dise, il faut réformer ! J'en veux pour preuve celui d'Aristide Briand devant la Chambre affirmant: " Sans méconnaître les résultats, (le pays) aspire dans l'ordre politique comme dans l'ordre fiscal, économique et social à de nouvelles réformes" !
C'est d'ailleurs ce que s'est dit Albert Ier de Monaco qui va proposer aux Monégasques d'élire le 19 juin le Conseil communal, ce qui ne fera jamais que 650 votants sur un total de 1400 à 1500 Monégasques habitant la Principauté et bien peu par rapport à son nombre habituel de résidents qui s'élève à 19 000 âmes, notamment Italiennes et Suisses.
Pendant ce temps, à Berlin, on se plaint de la température - un signe du réchauffement climatique ? - avec un beau 32°5 à l'ombre, du jamais vu depuis 1818. Ce temps est aussi peut-être la cause des violents orages qui se sont abattus un peu partout en France, à moins qu'il n'est favorisé le tremblement de terre que l'on signale dans la région de Naples.
Judiciairement parlant, le verdict est tombé dans le quintuple assassinat de Juilly: Jacquiart est condamné à mort et Vienny à 20 ans de détention.
Enfin, on terminera par quelques nouvelles moindres: le Pourquoi-Pas? du commandant Charcot est arrivé à Rouen, un des chalands remorquant le Pluviôse a coulé après l'avoir involontairement heurté, les aviateurs Féquant et Marconnet réalisent un nouveau record du monde avec passager, un vol de 170 km en 2h25 minutes et la statistique officielle nous informe que l'année 1909 n'indique que 770 000 naissances, chiffre le plus faible depuis 110 ans que cette statistique existe.


 

Du 12 au 18 juin 1910


Point encore d'appel du 18-juin en cette année 1910 et une actualité qui semble déjà prendre des airs de vacances, juste de quoi vous signaler que l'on commence à sortir les premiers corps du sous-marin Pluviôse avec, semble-t-il, la volonté de faire croire aux familles qu'ils sont morts rapidement, sans souffrance et sans presque s'en rendre compte.
Le sénateur, poète et auteur dramatique - cela pouvait encore exister en ce temps-là - Gustave Rivet, réussit à faire adopter une modification de l'article 340 du Code civil permettant la recherche en paternité; reste à savoir si la Chambre suivra.
Enfin, en février, on avait parlé de ce détournement de fourrage aux dépens de l'armée à Reims; les condamnations viennent de tomber: Bassigny est condamné à 18 mois de prison et 500 francs d'amende, l'un de ses complices condamné avec sursis et un autre acquitté. Par contre, lui-même,, son complice et un autre homme, entrepreneur en fournitures, sont condamnés à verser 30 000 francs de dommages-intérêts.


Semaine du 19 au 25 juin 1910

L'info de la semaine est, sans conteste, l'accident ferroviaire qui a vu l'express de Granville arrivant à grande vitesse en gare de Villepreux-les-Clayes, près de St-Cyr, où un omnibus était à l'arrêt pour cause de panne d'essieu.
Malgré les avertissements que le chef de gare avait fait placer et qui consistent, bien avant le lieu de l'obstacle, à faire éclater des pétards destinés à avertir le conducteur du train, celui-ci semble avoir délibérément négligé ces signaux. Le billet se solde par l'embrasement de 11 wagons et un nombre de morts établi en fin de semaine à 22 parmi lesquels Monsieur Worms de Romilly et son fils.
Pendant ce temps, la soumission de la tribu des Vidri par le capitaine Fiérard en mars-avril nous parvient du Congo, les obsèques des victimes du Pluviôse ont eu lieu et contrairement à la tradition, le président de la République n'a pu se rendre au Panthéon le 24 juin pour se recueillir sur la tombe du président Carnot pour cause de visite officielle des souverains bulgares en France.
Enfin, on nous annonce que des drags ont défilé dans Paris.

Comment cela des drags dans Paris en 1910 ? Se pourrait-il que ... ?
En effet, de la Place de la Concorde à Auteuil, en remontant les Champs-Elysées, fin juin 1910, comme traditionnellement depuis les années 1880, les drags ont défilé dans Paris; froufrous, falbalas, festons et dentelles, rien ne manque à la fête.
Sauf que ces drags-là ne sont pas queen et qu' il s'agissait d'un défilé de mails-coachs qui emmenaient personnalités et femmes élégantes vêtues des modèles d’été des grands couturiers jusqu’à l’Hippodrome d’Auteuil, pour assister aux courses, organisé depuis 1886 par la très aristocratique Société des Guides.
Ce véritable spectacle, par sa beauté, connaissait un grand succès. Cette tradition se perpétua jusqu’en 1967, malgré une interruption provoquée par la 2e guerre mondiale.
Comme quoi, déjà en 1910, tout était une question de "chars";)

Semaine du 26 juin au 02 juillet 1910
Jean-Jacques Liabeuf a vu sa grâce rejetée par le président de la République.
Condamné pour avoir tué un policier en janvier 1910 - il en blessa un second à la gorge et en envoya six autres à l'hôpital avant d'être arrêté - ce meurtre répondait à sa volonté de se venger des deux agents de police qui le firent condamner à trois mois de prison et interdiction de séjour pour proxénétisme en 1909.
Son exécution dans la nuit du 1er au 2 juillet se fit dans un climat d'insurrection, un agent fut tué et des centaines de manifestants blessés dans les affrontements avec la police.
Liabeuf, lui, a toujours clamé avoir été innocent de l'accusation de proxénétisme - une nouvelle cause à défendre pour Robert Hossein - ?
Le dictateur Porfirio Diaz qui tient le Mexique dans ses mains depuis 1876 dont il a assuré la stabilité politique, l'ouverture sur l'étranger et le développement - avec l'aide de quelques conseillers d'origine européenne dont certains issus du saint-simonisme - a été réélu président de la République. Il ne savait pas que dans quelques mois ...

Pendant ce temps, en Allemagne, le secrétaire d'état aux affaires étrangères, von Schoen, est nommé ambassadeur à Paris et cède la place à un certain Alfred Kiderlen-Waechter. Jugé de tempérament plus rude que son prédécesseur, il est dépeint, à l'instar de celui-ci, comme un homme soucieux d'apaiser les tensions franco-allemandes et de poursuivre la voie de l'entente entre les deux pays depuis le règlement de la crise marocaine.

Enfin, le duc d'Alençon Ferdinand, l'un des nombreux petits-fils de Louis-Philippe, l'ancien monarque renversé en février 1848, est décédé. Sa vie reste marquée par le terrible drame qui frappa sa femme, soeur de la fameuse Sissi, qui périt dans l'incendie du Bazar de la charité, rue Jean-Goujon; à l'emplacement du drame s'élève aujourd'hui la Chapelle Notre-Dame de consolation, dédiée aux victimes.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article