Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sarko doit suspendre la réforme des retraites

19 Octobre 2010 Publié dans #C'est juste mon avis

Les manifestations d'aujourd'hui le prouvent largement, l'actuel mouvement social n'est pas prêt de s'éteindre. Sarkozy a perdu, mais refuse de reconnaître sa défaite, comme Villepin en 2006 avec le CPE. Il prolonge, de ce fait, un conflit avec tous les risques que cela comporte.

Alors qu'une attitude responsable qui appelerait tout le monde à revenir discuter autour d'une table semble la solution la plus naturelle, Sarkozy joue le pourrissement, en espérant que lassitude et débordements en tous genres éteindront la contestation d'elle-même.

Non seulement, c'est un pari risqué qui a peu de chance d'aboutir dans l'immédiat tant les esprits sont échauffés, mais c'est aussi une attitude proprement suicidaire quel que soit le cas de figure:

- si le projet est maintenu, c'est son suicide personnel et encore plus celui de l'UMP qu'il signe pour 2012

- s'il ne recule que tardivement et sous la pression, il se prive de toute action d'envergure pour les 18 mois à venir jusqu'à la présidentielle dont tout le monde sait qu'il est déjà candidat depuis cet été.

Le maintien du projet aurait aussi le grand désavantage de plomber avant même sa formation, le prochain gouvernement issu du remaniement, le rendant inutile, illisible, et voué à la paralysie par la haine des Français contre Sarkozy.

D'autre part, une énorme bourde vient d'être commise par Woerth et Sarkozy qui, en plein conflit des retraites, viennent d'envoyer une lettre aux marins marseillais en grève où ils acceptent de les exclure du projet de réforme des retraites qu'ils pourront continuer à prendre à 55 ans !

Personne ne comprendrait, dans ces conditions, qu'il ne retire pas un texte dont il vient d'exempter les marins.

Enfin, et il ne faut pas le négliger, il prend le risque d'une vraie guerre sociale, on le voit bien avec l'apparition des casseurs dans les manifestations. Les banlieues, avec leurs méthodes d'action propres, ont rejoint la rébellion. Or, si toutes les banlieues s'embrasent en même temps, nous n'avons pas des forces de l'ordre en assez grand nombre pour y faire face. Notre pays serait livré à la rue, à l'émeute, et peut-être aux massacres, comme dans n'importe quel pays d'Afrique en révolte. Il ne lui resterait que la solution de la tien-amenisation de la rue, une vraie catastrophe sur le plan international.

Ce soir, c'est Sarkozy qui est devenu le fauteur de trouble et l'irresponsable.

Il doit suspendre le vote de la réforme des retraites avant qu'un événement grave ne se produise; son air abattu à la télé, ce soir, montre qu'il en a conscience, mais qu'il se refuse encore à en prendre la décision. Pourvu qu'il ne tarde pas trop.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
<br /> <br /> Saches cher Jerem que je ne viens jamais lire ton blog en diagonale. Cela ne me servirait pas à grand chose de le parcourir de cette manière et poster un commentaire sur un article lu en<br /> diagonale ne serait pas digne du temps que tu y passes...  Bref. Je crois et la je suis trés trés sérieux que tu es déconnecté de la réalité éconimique des entreprises , des taux de charges<br /> qui les mettent en dépot de bilan, ainsi que les taux de charges qui sont déjà appliqués sur les salaires des employés. Prends le temps d'analyser en détail un bulletin de salaire d'un<br /> salarié du privé et tu comprendra beaucoup de choses. Et STP ne me dit pas que tu crois réellement que laisser la possibilité aux français de faire un choix  sur la gestion par eux<br /> meme de leur futur pouvoir d'achat de leur vieillesse est sensé. Regarde un peu ce qui se passe aux USA ou justement se sont les individus qui choisissent une grande partie de ça. C'est la grande<br /> misére des classes défavorisées.Quant à la comparaison avec le Canada, je suis désolé mais c'est simpliste car il faut comparer ce qui est comparable. Et là encore les taux d'imposition<br /> et de charges sont totalement différents.  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> <br /> C'est ça tes propositions ? on fait rien sous prétexte qu'il y a plus de naissances  en France que chez nos voisins  ou alors si on fait quelque chose c'est augmenter les cotisations<br /> des salariés ce qui a pour conséquence de continuer à baisser encore le pouvoir d'achat et ponctionner toujours plus les entreprises qui croulent sous les charges et dont les dépots de bilan à<br /> cause de ça ne cessent d'augmenter chaque année.  C'est ça tes propositions pour résoudre cet énorme problème ?  Plaisanteries Jerem . Tu es déconnecté de la réalité là. J'en suis fort<br /> étonné car ça va pas dans le sens de ta pensée habituelle. Tu es tombé dans le piège du langage des syndicats et des leaders de gauche qui se foutent complètement de cette réforme obligatoire<br /> mais qui ont eu là une énorme ocasion de faire l'amalgame pour mettre la France dans la rue. Cette rue qui se trompe de combat !<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
J
<br /> <br /> Tu m'as lu en diagonale:<br /> <br /> <br /> 1) Non, je n'ai jamais dit qu'il ne fallait rien faire<br /> <br /> <br /> 2) Qui peut nier que notre situation démographique n'est ni celle de l'Allemagne, ni celle de l'Italie ou de l'Espagne? Aujourd'hui, les Français font le même nombre d'enfants qu'à la fin des<br /> années 60. Il n'y a donc pas lieu d'imposer, par exemple, un minimum vieillesse reculé de 65 à 67 ans, une vraie agression contre les femmes. 65 ans maximum, c'est déjà bien suffisant et la<br /> possibilité de partir à 60 ans, même sans retraite pleine doit être laissée au choix des gens.<br /> <br /> <br /> 3) Non, il ne s'agit pas d'augmenter autoritairement les cotisations des salariés, il s'agit de leur donner la possibilité d'un choix et de les rendre acteurs de leurs retraites.<br /> <br /> <br /> 4) Oui, les cotisations des employeurs doivent être augmentées et non, ça ne les ruinera pas. Au Québec où la retraite fonctionne avec un système de fonds de pensions, quand un salarié y verse<br /> 300 dollars, l'employeur a l'obligation d'y verser la même somme. Même si, par les fonds de pensions, cette somme est réinvestie dans l'économie, il est certain que cela coûte plus cher aux<br /> employeurs que notre système de cotisation. Mais ça permet, encore aujourd'hui, aux Québéquois de partir à la retraite vers ... 58 ans !!! comme l'expliquait dans le journal ce matin un des<br /> Québéquois qui est à Reims pour la Semaine québéquoise.<br /> <br /> <br /> <br />
S
<br /> <br /> HO  Jérem, ce n'est qu'une grève et toi tu y vois déjà la révolution ? Calme, calme ce n'est qu'une réforme obligatoire et tellement obligatoire qu'elle est hyper importante. Et c'est la<br /> plus belle occasion que le gouvernement donne aux syndicats pour mobiliser le pays et foutre un grand bordel dans les rues et dans l'économie nationale. Dans les années 80 le pouvoir en<br /> place a rabaissée la date de départ à la retraite. En 1992 des propositions dites douces ont eu la peau de Jupé et depuis personne n'a voulu remettre le sujet sur le tapis. Alors<br /> maintenant nous sommes au pied du mur et ce n'est pas contestable. Il faut absolument truver une solution. Qui pourrait croire que c'est par plaisir égocentrique que le gouvernement<br /> actuel doit faire voter ce texte alors que sa cote est au plus bas?  Ne plaisantons pas. Il aurait été  tellement plus confortable de dire il y a quelques mois à la France entière<br /> que le projet de réforme serait retiré , tellement plus confortable.  Mais dis moi tu proposes quoi toi Jérem ?  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
J
<br /> <br /> J'ai déjà eu l'occasion de m'exprimer sur le sujet.<br /> <br /> <br /> D'une part, il est clair pour moi, qu'un plus large choix doit être offert aux gens entre des cotisations plus élevées mais un départ à la retraite à 60 ans, ou des cotisations identiques à<br /> aujourd'hui mais avec un recul de la retraite à 62 ans. C'est un système bien plus souple que celui du gouvernement et qui laisse les gens décider pour eux-mêmes de ce qui leur convient le mieux.<br /> <br /> <br /> D'autre part, les cotisations des entreprises doivent être relevées.<br /> <br /> <br /> Enfin, il faut organiser une solidarité intra-générationnelle: les retraites les plus élevées doivent être mises à contribution pour financer les retraites de leurs contemporains moins favorisés.<br /> <br /> <br /> Quant-à l'argument, c'est comme cela dans les autres pays européens, en nous citant l'Allemagne, l'Italie ... mais ces pays ont une démographie catastrophique !!! Ils perdent de la population,<br /> alors que la France, elle, est une des championnes en nombre de bébés en Europe. On n'est donc pas du tout dans la même situation, malgré ce que raconte la propagande gouvernementale !<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> <br /> Non il ne doit pas suspendre la réforme! Il a été élu par une majorité et en France ce n'est pas encore la vox poluli qui fait la loi. Et puis cette loi n'est pas gravée dans le marbre;<br /> les gens n'ont qu'à attendre patiemment 2012 et voter à gauche. La gauche n'a -t-elle pas dit qu'elle supprimerait cette loi? Si elle ne le faisait pas, dans l'hypothèse de sa<br /> prise de pouvoir, c'est qu'elle est de connivence avec la droite. Et pour ceux qui ont peur, il y a encore mieux : votez Besancenot, vous partirez encore plus tôt! Et avec plus de fric. Donc la<br /> situation n'est pas grave du tout, patientons jusqu'à 2012 et tous les râleurs, une fois au pouvoir vont changer cette loi inique.. ouf! A moins que les français soient complètement<br /> maso? C'est ça la démocratie, on a le pouvoir qu'on mérite!<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
J
<br /> <br /> Mais où sont-ils les millions de Français qui soutiennent cette réforme dans la rue ? On ne les voit pas.<br /> <br /> <br /> 71% des Français sont contre cette réforme, 62 % demandent une pause dans les réformes; ça c'est du réel, du concret, et on ne va pas attendre 2012 les bras croisés en espérant que untel ou untel<br /> veuille bien, s'il y pense par hasard ... c'est maintenant qu'il faut exprimer un fort refus, pas dans deux ans car il sera trop tard, n'en déplaise à ceux qui refusent de remettre cette réforme<br /> en négociation pour satisfaire l'arrière-garde de l'UMP composée des mêmes ringards qui votèrent naguère contre la pilule ou l'IVG.<br /> <br /> <br /> <br />