Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ca "cacophone" toujours

5 Février 2008 Publié dans #C'est juste mon avis

Cela dure depuis des mois et le problème n'est toujours pas résolu; c'est un véritable "bordel", osons le mot, au niveau de la communication et de la prise de décision entre l'Elysée, Matignon, le président, les ministres, Claude Guéant et Henri Guaino.

Encore ces derniers jours, Sarkozy, a à peine parlé, qu'il s'est fait contredire, pour ne pas dire tâcler, par deux de ses ministres: Lagarde et Kouchner.

Lundi, en effet, il annonçait vouloir financièrement préserver les emplois des salariés du site de Gandrange par un ferme engagement de l'Etat qui, selon ses dires, était prêt à prendre en charge tout ou partie des investissements nécessaires pour maintenir en activité l'aciérie d'ArcelorMittal où près de 600 emplois sont menacés.
Lagarde, repassant derrière, a infirmé cette idée, laissant clairement entendre qu'il était hors de question de subventionner Mital pour qu'il préserve les emplois et donc qu'on s'orientait plutôt vers le classique recherche d'un repreneur, licenciements et propositions de reconversions "à la noix."

Aujourd'hui, alors que Sarkozy déclare que la France est prête à faire son devoir au Tchad (traduisez soutenir le régime en place, y compris militairement - les rebelles accusent d'ailleurs l'armée française d'avoir bombardé un lycée et un marché -), Bernard Kouchner indiquait une position différente privilégiant la voix de la négociation pour parvenir à un cessez-le-feu.

Et c'est loin d'être la première fois que cela intervient depuis le début de la présidence Sarkozy; parfois on se demande même qui est le vrai président dans tout cela; on a franchement du mal à se repérer et à savoir qui est le capitaine de l'équipe.

De quoi encore amoindrir et affaiblir le prestige de la fonction présidentielle.

En attendant, voici une caricature tellement vraie concernant le "vent" que brasse le personnage:

promesses-sarkozy-grand.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
Inévitable à force de se mêler de tout et de traiter des dossiers complexes de façon superficielle ...La parole présidentielle, parfois trop sacralisée j'en conviens, a basculé dans l'excès inverse et s'est banalisée au point qu'elle n'est plus audible.Les revers de sondage qui ne font que commencer en sont la preuve : le temps de l'illusion a commencé à prendre fin ... Il était temps !
Répondre