Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des écritures anciennes

1 Mars 2008 Publié dans #L'actu du Moi !

Vous vous êtes peut-être déjà demandés à quoi pouvait bien ressembler les écritures passées; en voici un exemple avec un extrait de registre paroissial de 1690.
L'écriture que nous avons ici est assez représentative de ce que l'on pouvait trouver à l'époque, en sachant que certains curés écrivaient beaucoup plus mal et que rares étaient ceux qui faisaient mieux.


undefined

Vous pouvez toujours vous amuser à déchiffrer si çà vous amuse.

Je vous mets la solution en commentaire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Les médecins ont fait beaucoup de progrès par rapport aux curés d'antan !
Répondre
H
Oula... Moi j'en suis resté aux zigurats.
Répondre
L
ah jerem...c'est vrai qu'a un moment tu m'as ressorti des éléments familiaux, je me souviens...Une perle ce Jerem...!!
Répondre
S
Dim bon.                                          
Répondre
J
Oui, Sphinx, cela fait quelques années que je me suis lancé dedans, avec des périodes de plus ou moins grande activité, surtout que tous ne sont  pas Marnais.Donc à moins de trouver des sites comme Marne-archive auquel je collabore modestement (j'ai fait le relevé d'une commune entière) qui permettent aux gens de recevoir gratuitement (j'insiste bien) la photo des actes qui les intéressent pourvu que le relevé de la commune ait été faite par les bénévoles qui font marcher le site, il faut se déplacer.
Répondre
J
Solution (je vous l'écrit en français moderne niveau orthographe):L'an 1690, l'onzième d'avril, après avoir publié les bans à trois tant dimanches que fêtes qui ne se suivaient pas immédiatement à mes messes de paroisse entre Gabriel Boucher, de la paroisse de St-Gilles, fils de défunt Pierre Boucher, vivant laboureur et de Catherine Bénard, ses père et mère, d'une part, et de Marie Pécheux, de cette paroisse, fille d'Annibal Pécheux, laboureur, et de Marguerite Meurisse, ses père et mère, d'autre part, sans qu'il y ait eu aucune opposition ou empêchement, j'ai, curé de Baslieux, reçu d'eux la promesse et consentement de mariage, et fait les cérémonies accoutumées et célébré le mariage dans l'église de ma paroisse en présence de ... (le curé n'a pas recopié le nom des témoins sur ce registre que l'on appelle la Grosse et qui est le double, déposé aujourd'hui aux archives départementales, du registre original).
Répondre
S
Tu fais des recherches généalogiques ?
Répondre