Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Peur

20 Mars 2008 Publié dans #L'actu du Moi !

Peur: crainte, frayeur, émotion pénible produite par l'idée ou la vue d'un danger (définition de la 8è édition du dictionnaire de l'Académie Française).

Peur: sentiment qui ne me quitte plus depuis des mois et qui fait que je repousse ou refuse toute idée même de nouvelle rencontre et qui me fait de plus en plus écarter tout nouveau contact (de toute façon, il n'y en a pas, comme cela, c'est plus simple) ou la volonté même d'en établir. Je m'éloigne de plus en plus de tout site de rencontre où je n'ai, en vérité, plus rien à faire; mon blogue devient impersonnel parce que je n'ai, tout simplement plus rien à raconter, à part, j'ai été bosser hier, j'ai été bosser aujourd'hui, j'irai bosser demain, ce dont, bien évidemment, tout le monde se fout, comme des quelques bribes de culture que je laisse ici.

La peur, c'est cet espèce de machin bizarre qui vous colle au coeur comme du chewing-gum à la fraise et qui vous panique au point d'en être paralysé dès que vous essayez de tirer dessus pour vous en débarasser, c'est ce grand trou béant qui s'ouvre sous vos pieds et dont le tourbillon menaçant vous fait craindre d'être aspiré vers son néant, c'est la peur du contact, la peur de soi, la peur d'être socialement inadapté, la peur du piège des sentiments, la peur et la honte de l'échec aussi.

La peur, c'est aussi l'excès de prudence; ce truc qui vous fait répondre à l'ouvrier vigneron qui, quelques jours après l'épisode raconté, souhaiterait vous faire plaisir, dit-il, et vous demande si vous aimeriez qu'il vous offre des fleurs, une simple interrogation: " Des fleurs ?", ce qui provoque de sa part cette réaction: " D'autres se poseraient des questions; pas toi ! " et passer à autre chose. Surtout, éviter des paroles qu'il ne pense pas, se mettre à l'abri plus que toujours.

Mais surtout, cette peur, c'est une barrière qu'il m'est devenu impossible de franchir seul; tout seul, je suis condamné à rester définitivement derrière, enfermé, entouré de ce qui fait mon univers actuel fait de livres et de DVD.

Si personne ne me tend la main, je suis foutu.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
Paradoxal ... tu es dans un cercle vicieux paradoxal qui n'augure rien de bon ...<br /> En effet, sortir de cette logique infernal te protégeant (de façon illusoire) d'autrui ne pourra se faire qu'avec de l'aide ... d'autrui justement ... Or, en la refusant par principe et d'entrée, on est certain de jamais y parvenir.<br /> Sortir de cette logique doit être une priorité ... la peur est normale mais pas mortelle. Au pire, on se casse un peu la gueule. Mais, après une foulure du pied ou de la cheville, on finit toujours par marcher à nouveau. Non ?<br /> Je n'ai pas forcément de bons conseils à te donner, sauf celui de ne pas refuser forcément la main qui se tend vers toi ... sauf à ce que tu parviennes à t'extirper seul de cette logique, c'est bien elle qui te fera sortir de ces tourments.<br /> Ca ne changera pas grand chose, mais j'accompagne ce commentaire d'un bisou
Répondre
H
Si personne ne me tend la main, je suis foutu.<br /> Non, c'est pas comme ça qu'il faut voir les choses... C'est à toi de tendre la main et faire le premier pas vers l'aide. C'est la démarche la plus difficile. Comme une baignade à la mer. Le plus dur, c'est d'entrer dans l'eau au début.
Répondre
H
Alors la peur, ça a une source, pas forcément logique, rationnelle ou évidente, et ça s'analyse. Il faut en parler... à quelqu'un de réputé pour ce genre de conversations.
Répondre
J
On trouve pire comme univers que celui qui est dit à la fin ? Pourquoi faudrait-il obligatoirement faire des rencontres, si les sentiments induits sont négatifs ? Vivre heureux peut prendre différntes formes ?
Répondre
<br /> <br /> Sauf que sans ce sentiment d'amour qui me portait, je suis bien obligé de constater que je suis malheureux comme une pierre, mais que je ne veux plus revivre<br /> çà.<br /> <br /> <br /> <br />