Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Proche de la ligne rouge

3 Août 2009 Publié dans #L'actu du Moi !

Je traverse en ce moment une période que je n'aime pas trop où j'ai l'impression de vouloir tout foutre en l'air, appuyer sur un bouton pour tout faire disparaître et même, me donner en des plans sordides ou glauques à la limite de la prise de risque, comme si j'avais besoin de rechercher une sorte d'avilissement...
Bref, pas une bonne période.
C'est in-extremis, ce soir que j'ai échappé à un plan à trois que j'avais d'abord accepté, où j'aurais dû être le passif de l'affaire avec un des deux types séropo (qui d'ailleurs n'utilise de chapeaux que pour un truc, pas pour la sucette).
Même, si ce soir j'ai réagi finalement dans ce que je crois être le bon sens, j'avoue avoir peur de sombrer.
L'ennui, c'est que je ne connais pas l'origine de ce que je traverse actuellement.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Mon sens pratique revient a te dire...que la sucette et autres sujets..ne se pratique qu'avec chapeau...c'est mon principe...et je m'y tiens y compris à la sucette...!! Meme si cela peu agacer des Tatayets et autres...!!
Répondre
J
Bienvenu au club, jerem ! Pour ton envie de tout foutre en l'air, pas de problème, je viens appuyer sur le bouton avec toi, sans regret ! Ma crise de misanthropite aigüe a commencé !Me fourrer dans des plans risqués, j'ai pratiqué et, par bonheur, j'en suis toujours sorti indemne. A éviter cependant (difficile pendant ces périodes, je sais). Le désespoir profond inhibe la raison et annihile tous les gardes-fous qui en temps normal te protègent. Quant à la raison de tout cela, il est vrai qu'elle n'apparaît pas toujours distinctement à notre conscient ; sans doute d'anciennes blessures profondes qui n'attendent qu'un moment de faiblesse passager pour nous assaillir de nouveau (cf Entends-tu ?).Courage et patience... Ce sont ces moments qui nous rendent plus forts...
Répondre
C
Un mal de vivre avec l'été qui fait sentir la solitude. Ne te laisse pas assassiner, Jerem. Bisous.
Répondre