Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bilan d'année

2 Juillet 2010 Publié dans #L'actu du Moi !

L'année s'est achevée; elle ne fut pas très bonne;

plus de moments de réelle solitude face aux réformes lancées à la va-vite, mal pensées et qu'on nous demande d'appliquer sans consignes,
désespoir impuissant aussi face à une administration laxiste qui ne tient pas les élèves, incapable de mettre un peu d'ordre dans ce désordre, transformant l'établissement en agence de voyage (se figurera-t-on qu'en 3ème il a été impossible au 3ème trimestre de faire de contrôle pendant presque un mois faute d'avoir jamais la classe en entier !) et maison de charité pour toutes les causes possibles et imaginables, donnant dans tout le bling-bling à la sauce pédago (classe sans note en 6ème) et prévoyant déjà l'an prochain une dérive écolo-totalitaire avec le développement durable en 3ème en DP3.
On ne compte plus, pendant ce temps les sanctions à l'emporte-pièce ou leur absence incompréhensible: comment comprendre par exemple, qu'un élève qui insulte un de ses profs de "sale enculé" le matin soit encore en cours comme si de rien n'était l'apm ? et qu'il faille "rentrer dans le lard" pour enfin obtenir une exclusion ?
Comment encore comprendre cette présentation imbécile du récapitulatif des sanctions au Conseil d'administration, en fanfaronnant sous prétexte de répondre à une pétition de certains parents dénonçant ce laxisme, que tout allait bien, malgré les protestations d'une des représentantes de parents d'élèves présente ce soir-là et que j'ai relayées, jusqu'au clash final quand elle osa affirmer que les 3èmes n'avaient posé aucun problème de discipline cette année, avec très peu de sanctions !!! Là, devant tout le Conseil, j'ai piqué une grosse colère, expliquant les raisons de mon arrêt l'avant-dernière semaine - plus personne ne savait où se mettre - et comme elle passait à l'ordre du jour suivant en guise de réponse - parce qu'en plus le courage n'est pas son trait fondamental - j'ai rangé mes affaires et j'ai claqué la porte, constatant avec dépit que, comme d'hab., on n'avait aucune réponse quand on abordait des sujets sérieux.
Le duc de Broglie, dans ses souvenirs, parlant du comte Beugnot, ancien député devenu fonctionnaire de l'Empire puis membre du gouvernement provisoire en 1814, le décrit ainsi: " Son caractère n'était pas au niveau de ses lumières; il avait un peu l'épine dorsale brisée; en un mot il appartenait plus ou moins à la tribu des fonctionnaires".
Je crois qu'il a fondamentalement raison et que les fonctionnaires, surtout par peur de se confronter à la hiérarchie, se brisent volontairement l'épine dorsale; de tout temps, collaborer ou ne rien faire et laisser passer a toujours été plus confortable que de résister. Nul blâme dans ceci, mais un constat, tout de même, l'absence de soutien de collègues restés muets alors qu'en privé, ils ont le même avis que moi.
L'an prochain, en tout cas, je cargue la voile (par exemple, j'ai demandé à ne plus être prof principal) tout en essayant de maintenir un pied au Conseil d'administration pour surveiller de près.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> <br /> Mon collègue et ami, moi non plus je ne serai plus jamais professeur principal et je refuse les HSA. Bravo pour ton acte de bravoure. On se marginalise certes mais on est en paix avec soi-même.<br /> L'éduc nat part à la dérive comme le bateau France avec son Matamore de capitaine ! Pauvre France ! Si les grands regardent cela de là-haut : il se disent : qu'ont-ils fait de la France ? Je<br /> t'embrasse et profite de tes vacances pour évacuer et pour respirer.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre