Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Et si mai 68 avait commencé en 67 ?

14 Décembre 2013 Publié dans #Quelques articles historiques

 

On retient souvent, aux origines de mai 1968, les diverses agitations étudiantes de groupuscules d'extrême-gauche qui, depuis quelques années, se faisaient régulièrement remarquer dans les mouvements contestataires ou d'avant-garde.


Pourtant, malgré le rôle qu'ils ont joué dans son déclenchement et leur visibilité extrême durant la crise, on oublie trop souvent qu'ils n'ont été que la méche qui a mis le feu à une bombe qui a menaçé d'exploser toute l'année 1967 et dont les résultats des législatives de mars et des cantonales des 24 septembre et 1er octobre 1967 sont les témoins:

- aux législatives, les Gaullistes, renforcés par les Républicains Indépendants, ne purent conserver la majorité absolue que grâce aux députés d'Outre-Mer, les métropolitains ayant majoritairement donnés leurs voix à leurs adversaires

- les cantonales virent, elles, une nette victoire de la gauche, majoritaire en voix, le Parti communiste réunissant, à lui seul, presque 25 % des suffrages sur son nom.

 

La révolte ne gronda, cependant, pas uniquement dans les urnes en 1967. Elle s'exprima aussi dans la rue et de façon parfois particulièrement violente, par exemple, à l'automne 1967, dans l'Ouest surtout, où les manifestants s'attaquèrent aux préfectures, et notamment au Mans, dans la Sarthe, pour dénoncer un malaise social grandissant et la réforme de la Sécurité sociale entreprise en août par Georges Pompidou changeant le système d'élection des administrateurs et organisant la baisse des remboursements des prestations sociales avec augmentation du "ticket modérateur"; ou encore en Bretagne avec des manifestations paysannes, comme à Quimper, le 02 octobre 1967 (cliquer sur le lien) avec des milliers de manifestants très remontés contre la politique agricole arborant des slogans comme: "Nos porcs sont morts à Bruxelles, nos cochons de ministres vivent toujours". En quelques minutes, un commando défonça la permanence d'un député gaulliste que les manifestants mirent à sac, tandis que deux motos des forces de l'ordre étaient incendiées et qu'une voiture de sapeurs-pompiers et ses occupants étaient malmenés.

 

Quelques mois plus tard, le 24 avril 1968, un journaliste du Nouvel Observateur, qui avait recueilli les propos d'un manifestant: "Si ça se trouve, la Bretagne est en train de préparer à la France une nouvelle guerre d'Algérie... Mais, cette fois, les fellagha seront bretons !", devait en faire le titre de son article.

Quant-au préfet de la Sarthe, dans un rapport daté du 18 décembre 1967, il écrivait, de façon prémonitoire, que ce qui avait eu lieu dans son département n'était qu' "Une répétition pour un grand soir".

 

De quoi se demander si mai 1968 n'avait pas déjà débuté, de façon sporadique, dès 1967 ou n'était pas en germe, déjà, dans les événements de 1967.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
<br /> Des fois faut savoir donner un coup de pied dans la fourmilliere pour faire bouger les choses, se mettre en danger, pas facile!<br /> <br /> <br /> Mais si tu te sents bien dans cette relation tant mieux pour toi ;o)<br />
Répondre
S
<br /> Salut Christophe,<br /> <br /> <br /> La fermeture de clear nous à séparés petit à petit, falait s'y attendre...<br /> <br /> <br /> Depuis la fermeture du site je n'ai plus aucune nouvelles du cap.<br /> <br /> <br /> Tu n'as pas pu aller plus loin avec ton sex-friend? (peut être que vous n'en avez pas envie)<br /> <br /> <br /> Sinon les fêtes se préparent de ton coté?<br /> <br /> <br /> La bise, Sébastien<br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
<br /> <br /> Je me demande s'il sait bien ce qu'il veut et comme je n'ai pas trop envie de poser la question au risque de me trouver à nouveau seul, on n'avance guère.<br /> <br /> <br /> <br />
S
<br /> Hello Jerem'<br /> <br /> <br /> Je pense qu'un nouveau mai 68 ne ferait pas de mal pour faire bouger les choses dans notre bonne vieille France...<br /> <br /> <br /> J'espere que tu te porte bien Jeremy, je t'embrasse<br /> <br /> <br /> Sébastien<br />
Répondre
<br /> <br /> Salut Sébastien; ça peut aller, même si je changerais bien de métier; le reste rien de bien neuf sinon, depuis plus de trois ans un sex friend que je vois environ toutes les 4 à 6 semaines. Je ne<br /> sais ce que Le Cap est devenu, je n'ai plus aucune nouvelle depuis bien longtemps.<br /> <br /> <br /> J'espère que tu vas bien de ton côté. Bises, Christophe.<br /> <br /> <br /> <br />