Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lancar proclame son amour pour Laval

26 Octobre 2010 Publié dans #C'est juste mon avis

268244592.jpg

Ceux qui me lisent depuis longtemps savent que ce n'est pas d'aujourd'hui que je dénonce le néo-pétainisme rampant qui envahit notre société, et notamment un certain nombre de militants UMP.
Déjà les relents déflationnistes qui planent sur l'Europe avaient des airs - et je l'avais déjà écrit - de retour aux politiques des années 30 dont, en France, Pierre Laval reste le symbole. A l'époque, je n'avais pas, volontairement, fait le lien entre le Laval de 1935 et celui de 1940.
Pourtant, il semblerait qu'il fallait le faire puisque certains le font à l'UMP.
Je ne m'attendais cependant pas à ce que ce néo-pétainisme soit revendiqué et jeté comme à la face des Français aussi directement que vient de le faire le patron des Jeunes Populaires, Benjamin Lancar:
"En 1940, alors qu’une partie de la jeunesse et de la classe politique, autrefois courageuse – redressement économique de la France par Pierre Laval en 1932 – s’est fourvoyée et a trahi les fondements de la République, une autre France s’est révoltée. Cette France, c’est la France de Guy Môquet. Une France qui a su, à un moment critique, faire fi des consignes odieuses de son parti. Une France qui a cru en son avenir. Une France qui n’est pas tombée dans la facilité."
On ne pourra s'empêcher de le rapprocher d'un autre discours célèbre du Maréchal:« l'esprit de jouissance l'a emporté sur l'esprit de sacrifice. On a revendiqué plus qu'on a servi. On a voulu épargner l'effort ; on rencontre aujourd'hui le malheur » (discours du 20 juin 1940), en notant la même condamnation implicite du Front populaire, la même volonté de retour à un ordre moral contre "la facilité" dit l'un, "l'esprit de jouissance" dit l'autre, même condamnation de la jeunesse paresseuse.

Mais surtout, on ne peut qu'être effarés devant l'inculture historique de ce jeune blanc-bec qui réalise des amalgames à partir d'éléments irréductibles entre eux, et d'erreurs de dates flagrantes:
- ainsi, il confond le Laval de 1932 qui n'a rien eu à redresser, la France n'ayant pas encore conscience de sombrer dans la crise et se croyant encore à l'abri à l'époque - voir la politique sociale de Tardieu - avec celui de 1935 ;
- il fait de Guy Môquet un pro-lavaliste - c'est à mourir de rire ! - Thorez doit en avoir la larme à l'oeil tellement il doit se bidonner d'où il est
- enfin, il semble ignorer, ou feint d'ignorer, que Guy Môquet était dans la ligne de son parti et partisan du Pacte germano-soviétique; d'ailleurs, quand il est arrêté Gare de l'Est, en 1940, il distribuait des tracts dénonçant la guerre impérialiste

De plus, en condamnant le Front populaire sur lequel Laval a voulu prendre sa revanche en 1940, il se place, de fait, du côté de la politique d'accommodement avec l'Allemagne et d'acceptation du Pacte germano-soviétique et du côté de la politique de ce même Laval et de Pétain contre tout ce qui symbolisait ce même Front populaire, y compris dans la chasse aux juifs.

Voir un tel monceau d'inculture historique chez un responsable qui, par sa place, est chargé d'endoctriner la jeunesse de son parti, l'UMP, ça ne peut qu'être très inquiétant.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
<br /> <br /> Et voila comment un prof repprend ses vraies valeurs en mettant en avant sa compétence pour apporter un peu de vérité dans tout ça. Merci Jerem. Et bien franchement ce rôle te vas mille fois<br /> mieux que celui de commentateur de la réforme des retraites. ça au moins c'est réaliste. <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre